DVD Jaquette de : Massenet : La Terre Promise

Distribution

Interprètes
  • Sabine Revault d'Allonnes
    Soprano
  • Patrick Gayrat
    Ténor
  • Jean-Louis Serre
    Baryton
  • Oratorienchor Köln
  • Chœur Français d'Oratorio
  • Les Cuivres de Guy Touvron
Orchestre
Orchestre Français d'Oratorio
Chef d'orchestre
Jean-Pierre Lo Ré
Réalisation
Christophe Koclejda
Origine
Église de la Trinité, Paris
Année
2012

Informations techniques

Durée
103'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Erol
Distributeur
Codæx France
Date de sortie
20/02/2013

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
PAL

Audio

Version(s) sonore(s)
Stéréo DD
Sous-titres
•  Aucun

Massenet : La Terre Promise DVD

Note générale : 5/10

Jules Massenet

Concert  - Opéra


Le centenaire de la mort de Massenet, en 2012, a vu fleurir quelques initiatives pour honorer la musique du compositeur français, mais bien peu à vrai dire. Filmer l'oratorio La Terre Promise en concert était donc en soi une bonne idée… L'église parisienne de la Trinité accueillait pour l'occasion les Chœur et Orchestre Français d'Oratorio dirigés par Jean-Pierre Lo Ré et trois solistes vocaux : Sabine Revault d'Allonnes, Patrick Garayt et Jean-Louis Serre. Un DVD édité par le label Erol.

 

Église de La Trinité à Paris.

 

Cette captation du 12 mai 2012 entre ainsi dans le cadre des événements musicaux organisés pour le centenaire de la mort de Jules Massenet. Le programme, bien conçu, est divisé en deux parties : la première s'intéresse au Sacré dans les opéras du compositeur ; la seconde à l'oratorio La Terre Promise, créé en 1900 à l'église Saint-Eustache.
Les airs et duo d'opéras constituent l'ouverture de ce concert, tirés successivement de : Hérodiade, Le Jongleur de Notre-Dame, Thaïs et Le Cid. Trois solistes alternent, accompagnés par l'Orchestre Français d'Oratorio dirigé par Jean-Pierre Lo Ré. Il faut reconnaître que la cohérence de ce court récital d'airs d'opéras avant l'oratorio, pièce maîtresse du concert, a de quoi séduire. Malheureusement, le niveau inégal de la qualité musicale de l'ensemble ternit quelque peu cette démarche prometteuse.

 

La soprano Sabine Revault d'Allonnes dans un air d'<i>Hérodiade</i> de Massenet à l'église de la Trinité.

 

La jeune soprano Sabine Revault d'Allonnes séduit d'emblée dans "Charme des jours passés où j'entendais sa voix…" extrait d'Hérodiade. Le timbre clair et plaisant, associé à une diction parfaite, profite d'une projection naturellement généreuse. Les aigus mériteraient sans doute plus de rondeur, mais l'intention théâtrale est là pour accompagner le chant et le faire vivre jusque dans des contrastes très maîtrisés. La caméra capte fort bien une expression qui accompagne la voix de façon spontanée et l'on imagine sans mal le charisme dont la jeune artiste doit faire preuve sur une scène d'opéra.
Le ténor Patrick Garayt.Le ténor Patrick Garayt monte ensuite sur l'estrade pour un air tiré du même opéra, "Ne pouvant réprimer les élans de la foi…". Le regard baissé sur la partition, il devient très difficile d'exprimer quoi que ce soit et les quelques regards captés par le réalisateur montrent un chanteur plus attentif à sa voix qu'au personnage qu'il est censé incarner. De fait, la ligne de chant est bien tenue, la gestion du souffle est correcte et le timbre plutôt agréable, hormis des aigus étranglés et assez criards. Privée d'émotion, l'écriture de Massenet ressort encore plus "convenue" quelle ne l'est intrinsèquement dans cette page.
La Légende de la Sauge, tirée du Jongleur de Notre-Dame est ensuite interprétée par le baryton Jean-Louis Serre. La voix est belle et l'interprète est attentif aux couleurs mais la puissance manque légèrement et le chanteur adopte davantage une posture qu'il ne joue ce qu'il chante. Le fossé qui sépare cette expression à celle de Sabine Revault d'Allonnes est flagrant dans le duo extrait de Thaïs, "Baigne d'eau mes mains et mes lèvres…"*. Voilà deux voix qui s'accordent bien, mais une image montrant une chanteuse qui vit ce qu'elle chante, et un interprète bien trop sur la réserve. Il est vrai que la petite estrade sur laquelle sont installés les chanteurs ne permet pas une expression bien large.
Dans "ô Souverain, Ô juge, Ô père !" tiré du Cid, Patrick Garayt montrera une belle musicalité mais des aigus assez pénibles. Quant à la flamme attendue ici…
* Voir vidéo à la fin de cette critique.

 

Sabine Revault d'Allonnes et Jean-Louis Serre dans un duo de <i>Thaïs</i> de Massenet à la Trinité.

 

La direction de Jean-Pierre Loré est attentive aux chanteurs mais, en définitive assez laborieuse. L'orchestre est correct mais - hors le beau violon de Sotiris Kyriazopoulos - les cordes sont parfois un peu justes et, trop souvent, les attaques se montrent imprécises. Le soutien de la ligne de chant est en revanche bien assuré.

 

Musiciens de l'Orchestre Français d'Oratorio.Jean-Pierre Lo Ré dirige Massenet à l'église de la Trinité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



L'oratorio La Terre Promise fait appel à un large effectif. À l'Orchestre Français d'Oratorio, viennent s'ajouter ici les superbes Cuivres de Guy Touvron dont les instruments remplaceront les 7 trompettes longues de la création le 15 mars 1900. Une importante masse chorale a également été convoquée pour cette œuvre : au Chœur Français d'Oratorio s'ajoutent l'Oratorienchor Köln, les Chœurs Elisabeth Brasseur, l'Ensemble Choral À Contretemps, l'Ensemble Polyphonique de Versailles, les Chœurs de Cernay-la-Ville, ainsi que quelques éléments issus de l'Ensemble Vocal d'Orgeval et du Nouvel Ensemble Polyphonique de Paris. Il faut dire qu'à l'image, le nombre impressionne !
L'œuvre est écrite en trois parties, chacune faisant appel à un chanteur soliste. Nous retrouvons donc dans l'oratorio, les trois chanteurs entendus dans les airs d'opéras qui précèdent. Moab (L'Alliance) fait appel au baryton, Jéricho (La Victoire) utilise la voix de ténor et la dernière partie, Chanaan (La Terre Promise), la voix de soprano.

 

L'important effectif choral réuni pour la <i>La Terre Promise</i> de Massenet à l'église de la Trinité le 12 mai 2012.

 

Il est sans doute difficile de mener à bien une telle entreprise, surtout lorsque tant d'origines différentes composent le chœur. Peut-être cette disparité, conjuguée à l'effet de masse, explique-t-elle cette sensation de lourdeur et de "grosse machine" qui met un temps fou à démarrer et fait preuve d'une inertie telle que le rythme est souvent noyé dans la masse. Il faut voir Jean-Pierre Lo Ré s'efforcer de diriger tout ce petit monde, articulant chaque mot du texte pour fédérer ses troupes. Et puis il y a cet orchestre assez moyen dont la caméra nous montre plusieurs musiciens bien peu concernés par cette Terre Promise quelque peu indigeste, il est vrai. Reconnaissons que Massenet s'est montré plus inspiré à l'opéra que dans cette pièce bien écrite mais fortement datée dans sa pompe…

 

Jean-Louis Serre intervient dans la première partie de l'oratorio.

 

Le faible charisme de Jean-Louis Serre, dans la première partie, n'arrange rien car c'est la plus longue. La voix manque singulièrement d'autorité pour nous tirer de l'ennui qui guette, et la main gauche qui tente passagèrement un semblant d'expression ne convainc pas plus.
Dans la seconde partie, l'énergie déployée sort le spectateur de sa torpeur et les cuivres dynamisent enfin l'ensemble. Patrick Garayt fait ici preuve de plus d'autorité, et on s'inclinera devant sa diction parfaite, tout en regrettant des aigus forte bien laids. Les cuivres de Guy Touvron apportent de superbes sonorités à Jéricho. Le cri spectaculaire qui accompagne l'effondrement est également parfaitement mis en place et, avouons-le, l'effectif choral impressionne !
On retrouvera la parfaite projection vocale de Sabine Revault d'Allonnes dans la troisième et dernière partie, sans aucun doute la plus subtile mais malgré tout assez pauvre sur le plan mélodique. Quant à la conclusion chorale, nous souffrirons en même temps que le chef affairé à coordonner les choristes empêtrés dans l'articulation des mots menant à une conclusion musicale assez banale.

Difficile de conclure autrement que partagé devant ce concert qui rend à la fois bienveillant devant le travail qu'il a sans doute fallu déployer pour parvenir à un tel rassemblement de forces, mais déçoit par la disparité musicale affichée à plus d'un titre. Seule Sabine Revault d'Allonnes apporte ce que nous aurions voulu trouver pour l'ensemble : un sens et une énergie musicale animés par cet engagement qui, seul, permet de s'intéresser à cette Terre Promise. Reste une captation qui pourra trouver sa place de par la rareté de l'oratorio de Massenet au catalogue.

À noter : Ce DVD est accompagné d'un livret de notes très complètes en français.

Philippe Banel

Suppléments du DVD

Aucun.

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Le master vidéo présente une luminosité très correcte, des couleurs équilibrées, une précision de bonne facture et un piqué souvent performant. Cependant, on observe sur toute la durée du programme, des blancs brûlés sur les images captées par la caméra placée à gauche, et le chef est le plus souvent curieusement cadré. Les contrastes se montrent corrects et l'ensemble est plutôt agréable à regarder.

Son

L'encodage Dolby Digital n'est sans doute pas le meilleur parti en raison de la compression exercée sur les harmoniques. Mais on appréciera ici une grande clarté, une ouverture assez large et une profondeur marquée. La réverbération de l'église de la Trinité est parfaitement gérée, et le rapport voix solistes, chœur et orchestre bien négocié. La dynamique est en outre impressionnante.

Note technique : 7/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Jules Massenet
La Terre Promise
Sabine Revault d'Allonnes

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.