DVD Jaquette de : Les Contes d'Hoffmann (Teatro Real, 2014)

Distribution

Interprètes
  • Eric Cutler
    Hoffmann
  • Anne Sofie von Otter
    La Muse/Nicklausse
  • Vito Priante
    Lindorf/Coppélius/Dr Miracle/Dapertutto
  • Christoph Homberger
    Andrès/Cochenille/Frantz/Pitichinaccio
  • Ana Durlovski
    Olympia
  • Measha Brueggergosman
    Antonia/Giulietta
  • Altea Garrido
    Stella
  • Lani Poulson
    La Mère d'Antonia
  • Jean-Philippe Lafont
    Maître Luther/Crespel
  • Gerardo Lopez
    Nathanaël
  • Graham Valentine
    Spalanzani
  • Tomeu Bibiloni
    Hermann
  • Isaac Galan
    Schlemil
  • Chorus Teatro real de Madrid
Mise en scène
Christoph Marthaler
Chorégraphie
Altea Garrido
Orchestre
Orchestra Teatro Real de Madrid
Chef d'orchestre
Sylvain Cambreling
Réalisation
Jérémie Cuvelier
Origine
Teatro Real Madrid
Année
2014

Informations techniques

Durée
193'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Bel Air Classiques
Distributeur
Outhere Distribution France
Date de sortie
08/09/2015

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs et N&B
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DD
Stéréo DD
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français

Les Contes d'Hoffmann (Teatro Real, 2014) DVD

Note générale : 7/10

Jacques Offenbach

Opéra


Il n'existe pas de version définitive de l'opéra inachevé d'Offenbach Les Contes d'Hoffmann. Des trois versions les plus répandues, Sylvain Cambreling a choisi ici celle de Fritz Oser après avoir dirigé il y a quelques années celle d'Antoine Choudens. Cet opéra fantastique, bien loin du style léger et parodique que l'on associe volontiers au compositeur, est servi au Teatro Real par l'approche radicale de la mise en scène de Christoph Marthaler. Dans cette vision décapante qui pourra heurter nombre de sensibilités : Eric Cutler, Anne Sofie von Otter, Vito Priante, Christoph Homberger, Ana Durlovski et Measha Brueggergosman dans les rôles principaux. Un spectacle disponible en Blu-ray et DVD.

Measha Brueggergosman et Eric Cutler dans <i>Les Contes d'Hoffmann</i> mis en scène par Christoph Marthaler.  © Javier del Real

 

Vito Priante interprète les quatre personnages diaboliques des <i> Contes d'Hoffmann</i>.  © Javier del RealC'est peu dire que la modernisation des Contes d'Hoffmann proposée par Marthaler demande un effort de lecture significatif tant elle perturbe l'écoute tout au long du visionnage. En effet, le spectateur va tenter de trouver continûment un sens à ce qu'il survient autour des principaux protagonistes du livret, eux-mêmes soumis à de fortes mutations.

Des modèles féminins d'atelier d'artiste qui se succèdent, des garçons de café marionnettes, un savant fou (Graham Valentine), un barman aux habitudes étranges (Christoph Homberger), un diable réincarné cynique et glaçant (Vito Priante) et une poupée-humaine désincarnée (Ana Durlovski) évoluent autour d'un Hoffmann et d'une Giulietta-Antonia bien humains. Un univers sombre, sans vie, peuplé d'un chœur où femmes et hommes ne sont pas toujours clairement définis et dont les comportements, là aussi, inquiètent constamment.

Si la lecture orchestrale de Sylvain Cambreling convainc tout à fait, la distribution de ces Contes hors-norme n'enthousiasme pas totalement…
Le ténor américain Eric Cutler possède une présence physique plus forte que vocale. Sa diction est correcte mais la couleur vocale est constamment en retrait, ce qu'il compense par un jeu de scène convaincant.

Vito Priante tient les quatre rôles maléfiques avec beaucoup de panache, très à l'aise visiblement à incarner le mal par une démarche et une gestuelle dignes d'un Dr Mabuse ou d'un espion venu de l'Est. Sa voix est maîtrisée de bout en bout et ne déborde jamais dans les effets, à l'inverse de ses rôles.


Graham Valentine (Spalanzani) et Ana Durlovski (Olympia).  © Javier del RealChristoph Homberger (Andrès, Cochenille, Frantz et Pitichinaccio), constamment présent sur scène, incarne tout au long des Contes un barman blasé aux tocs étranges. Sa voix très claire donne ici davantage l'impression de malaise voulu que de ridicule.


La poupée-marionnette d'Ana Durlovski lance ses vocalises et ses suraigus de soprano colorature sans maîtrise absolue avec des montées et descentes glissées, et des notes hautes plaquées. Mais, après tout, pourquoi une poupée devrait-elle s'exprimer aussi bien qu'une vraie chanteuse ? Si l'effet est voulu, c'est une réussite. Dans le cas contraire, on a entendu mieux !

Measha Brueggergosman possède un timbre de soprano dramatique très coloré. Avouons que nous la verrions davantage en Carmen qu'en Giulietta ou Antonia puisqu'elle tire ces rôles vers le grand opéra, écrasant ainsi l'écriture d'Offenbach.

Reste enfin Anne Sophie von Otter dans le rôle de la Muse/Nicklausse. La voix qu'on lui a connue a certes évolué, mais la mezzo-soprano possède de beaux restes et tient la scène avec une présence indéniable, faisant évoluer avec aisance son personnage de pochtronne vers celui de Muse amoureuse.

 

 

 

<i>Les Contes d'Hoffmann</i> au Teatro Real de Madrid. Mise en scène de Christoph Marthaler.  © Javier del Real


Ces Contes d'Hoffmann bien peu orthodoxes et sans compromis sauront peut-être convaincre l'amateur à la recherche d'une mise en scène exigeante qui bouleverse l'imagerie traditionnelle attachée à l'opéra d'Offenbach. Mais prudence pour les autres…

 

Lire le test du Blu-ray Les Contes d'Hoffmann mis en scène par Christoph Marthaler

 

Retrouvez la biographie de Jacques Offenbach sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du DVD

Aucun.

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Le rendu global paraît être fidèle aux partis pris de la production. Les couleurs sont équilibrées, sans excès, et l’ensemble affiche un naturel convaincant. Le niveau de contraste dépend des scènes mais se montre insuffisant dans les zones du plateau sous-éclairées. La précision est globalement correcte mais se dilue sur les plans larges, contrairement au Blu-ray de ce programme. On observe aussi quelques micro-saccades et du bruit sur les aplats.

Son

La piste stéréo diffuse une image sonore assez équilibrée mais, très souvent, les voix paraissent bien lointaines. L’orchestre est correctement exposé mais manque d’étoffe et l’encodage Dolby Digital compresse trop les harmoniques.
Le mixage muticanal apporte un certain relief à la scène avant et les voix sont un peu mieux projetées sans pourtant atteindre la présence attendue. L’orchestre est un peu plus détaillé, mais là aussi, manque d’envergure malgré l’intégration intéressante du caisson de basses qui nourrit efficacement le bas du spectre. Les enceintes arrière, quant à elles, aèrent légèrement la reproduction. Là encore, même si on comprend ce choix de l’éditeur pour faire tenir ces Contes d’Hoffmann sur un seul disque, le Dolby Digital se montre trop réducteur au niveau des harmoniques et handicape la musicalité.

Note technique : 7/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Ana Durlovski
Anne Sofie von Otter
Christoph Marthaler
Eric Cutler
Jacques Offenbach
Jean-Philippe Lafont
Les Contes d'Hoffmann
Measha Bruggergosman
Sylvain Cambreling
Teatro Real - Madrid
Vito Priante

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.