Blu-ray Jaquette de : La Traviata (Opera Australia 2012)

Distribution

Interprètes
  • Emma Matthews
    Violetta Valéry
  • Gianluca Terranova
    Alfredo Germont
  • Jonathan Summers
    Giorgio Germont
  • Margaret Plummer
    Flora Bervoix
  • Martin Buckingham
    Gastone
  • James Clayton
    Baron Douphol
  • Christopher Hillier
    Marquis d'Obigny
  • James Bolton Wood
    Doctor Grenvil
  • Sarah Sweeting
    Annina
  • Samuel Sakker
    Giuseppe
  • Tom Hamilton
    Messenger
  • Richard Mitchell
    Servant
  • Opera Australia Chorus
Mise en scène
Francesca Zambello
Chorégraphie
Stephen Baynes
Orchestre
Australian Opera and Ballet Orchestra
Chef d'orchestre
Brian Castles-Onion
Réalisation
Cameron Kirkpatrick
Origine
Port de Sydney, Australie
Année
2012

Informations techniques

Durée
130'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
Opera Australia
Distributeur
Abeille Musique
Date de sortie
01/11/2012

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Coréens
•  Espagnol
•  Français
•  Italien
•  Japonais

La Traviata (Opera Australia 2012) Blu-ray

Note générale : 7/10

Giuseppe Verdi

Opéra


Grande première pour l’Opéra de Sydney : un opéra au cœur de la rade australienne, juste en face de la célèbre salle en forme de coquillages. Mais cette originalité ne serait qu’un gadget si chaque détail n’avait été pensé pour faire de cette Traviata un événement tant médiatique qu’artistique, et une réelle prouesse technique. Emma Matthews, Gianluca Terranova, Jonathan Summers et Margaret Plummer, pour les rôles principaux, sont mis en scène par Francesca Zambello et placés sous la direction de Brian Castles-Onion. Un Blu-ray et un DVD édités par le label Opera Australia.

 

Emma Matthews dans <i>La Traviata</i> à Sydney en avril 2012.

 

Francesca Zambello n’en est pas à sa première Traviata. Comme elle l’explique dans l’interview proposée en supplément de ce programme, elle croyait l’avoir mise en scène dans tous les contextes possibles. Jusqu’à ce que l’Opéra de Sydney lui propose ce projet fou d'imaginer une mise en scène pour un plateau construit dans le port. Projet fou et complet, car, dès l’accès au port, tout a été conçu pour vous mettre dans l’ambiance : décor, restaurants et vue, il y a déjà quelque chose de ce Paris mondain qui sert de cadre à cette tragique histoire d’amour.

Acte I de <i>La Traviata</i> mis en scène par Francesca Zambello.Il y a aussi cette scène incroyable, en forme de miroir, où la bonne société parisienne peut se mirer à loisir dans sa splendeur comme dans sa décadence. Les éléments de décors sont rares (une table, un sofa, un lit), imposants, et dans des couleurs argentées qui renforcent cette idée de reflet.
Emma Matthews et le lustre emblématique de Swarovski.Et puis il y a ce lustre gigantesque créé pour l’occasion, véritable icône de cette Traviata. Maintenu par une grue (invisible de nuit), il permet également de localiser judicieusement les projecteurs, véritablement millimétrés, dissimulant au public les détails techniques et ne révélant que l’essentiel de l’intrigue, distillant ambiances et réflexions avec une science consommée. Il y a dans ce jeu de transparence et de reflets quelque chose qu’on avait déjà vu dans la comédie musicale de La Petite Sirène, mise en scène par la même Francesca Zambello, avec, quelque part, les mêmes limites. On se souvient par exemple des grandes structures gélatineuses qui accompagnaient le tableau Sous l’Océan, jolies à regarder, mais dont l’ampleur ne parvenait pas à apporter le mouvement, le rythme nécessaires à la scène. Cette même sous-exploitation est à déplorer pour l'énorme lustre pourtant fondateur de cette production tellement important que Swarovski s’est impliqué dans le projet en fournissant dix mille cristaux pour le décorer et le faire scintiller. Il monte puis descend, transporte un temps Violetta, mais cela s’arrête là. Sa valeur dramaturgique peine à se révéler. Il s’impose plus qu’il n’aide, a fortiori dans la Scène 1 de l’Acte II, dans la maison de campagne de Violetta et Alfredo. Il ne suffit pas de projeter du vert et d’ajouter des jardiniers figurants pour faire bucolique. Quitte à transposer le livret dans les années 1950, autant aller plus loin car là où le cadre fonctionne idéalement dans l’ensemble des autres scènes, ici, le dispositif passe pour une contrainte irrésolue.

 

<i>Prélude</i> de <i>La Traviata</i> mis en scène par Francesca Zambello pour l'Opéra de Sydney en 2012.

 

Gianluca Terranova (Alfredo Germont) à l'Acte II de <i>La Traviata</i>.Ceci dit, c’est là une bien maigre limite pour cette mise en scène plus que convaincante. Non par son imagination ou son originalité, mais bien par sa gestion impeccable du proche et du lointain, dans un contexte qui ne s’y prêtait guère.
Et cela fonctionne dès le départ, avec cette ouverture tout sauf spectaculaire, dans une remontée temporelle, au sanatorium où Violetta est soignée. La mélancolie est déjà là, dans une belle compréhension de la musique de Verdi, focalisée sur le personnage principal avec sensibilité et intelligence. Le contraste n’en est que plus efficace avec le festif Acte I, scène de foule où chaque figurant raconte sa propre histoire, tout en participant de l’histoire principale. Un vrai tour de force très bien rendu par la caméra de Cameron Kirkpatrick, aussi large que détaillée, captant toutes ces micro-intrigues avec juste ce qu’il faut d’attention pour donner vie à cet univers, apporter une lecture enrichie, dense et pleine de relief, sans pour autant jamais nous détourner de l’intrigue centrale, que la lumière et le focus offert par les décors permettent de mettre en exergue de façon très naturelle. Une véritable prouesse scénographique et cinématographique !

 

Emma Matthews (Violetta Valéry) et Margaret Plummer (Flora Bervoix) dans <i>La Traviata</i>.

 

Margaret Plummer (Flora Bervoix).Pour autant, la musique n’est pas en reste, loin s’en faut. Certes, le rôle de Violetta est l’un des plus exigeants du répertoire sopranistique de par l’extraordinaire diversité des émotions qu’il impose et son exigence technique. Disons-le tout de go, malgré un premier duo encore sur la retenue (sans doute à cause du dispositif, nous y reviendrons), Emma Matthews impressionne. Elle prend le rôle à bras le corps et sait se faire aussi jubilante et superficielle que désarmante et tragique. Elle sait flatter le goût du public pour le spectaculaire par des vocalises virtuoses qui frôlent parfois la surenchère, mais c’est bien là le rôle d’une demi-mondaine, pour reprendre les termes de Dumas ! Pour le reste, quelle émotion poignante, quelle justesse dans l’expression. Une véritable réussite.
L’Alfredo de Gianluca Terranova est plus scolaire et pèche par une plus grande approximation, notamment dans le duo inaugural. Il peine à habiter cette scène gigantesque, mais s’en sort malgré tout avec les honneurs grâce à un métier indéniable et, finalement, une sobriété bienvenue qui apporte au couple formé avec Violetta un relief intéressant.
Au contraire, dans le rôle de Giorgio Germont, l’Australien Jonathan Summers est comme chez lui sur cette scène qu’il occupe avec une confiance parfois excessive car la beauté de son timbre ne parvient pas toujours à faire oublier l’imprécision de son chant.
L'autre ravissement musical de la soirée nous vient en revanche de Margaret Plummer, dont le talent de comédienne a su être magnifiquement exploité par Francesca Zambello. Même si le rôle de Flora Bervoix est de second plan, il est impossible d’oublier chacune de ses apparitions, tant par sa présence scénique, que ses qualités vocales impeccables.

 

Gianluca Terranova (Alfredo Germont) et Emma Matthews (Violetta Valéry) à l'Acte III de <i>La Traviata</i>.

 

La réussite musicale de cette production est d’autant plus à saluer que les artistes chantent sans voir directement l’orchestre ni son chef, cachés sous la scène. La direction sensible mais aussi roborative de Brian Castles-Onion est transmise à la scène via des écrans et c’est tout à l’honneur des chanteurs d’avoir réussi à se caler tant rythmiquement qu’émotionnellement avec les instrumentistes malgré cette relation biaisée et, pour le coup, regrettable. Si la technique supplée à la distance, il manque quelque peu d’humanité et de communion, et même un peu de cérémonial comme celui, traditionnel, de l’Ouverture d’un opéra (ici, le Prélude). Le chef n’est pas applaudi à son arrivée puisqu’on ne le voit pas ! L’Opéra de Sydney devrait prendre cela en considération…

Non exempte de petits défauts, cette première n’en demeure pas moins la création d’une nouvelle façon de faire de l’opéra qui est un moyen d’ouvrir cette forme d’art totale à une nouvelle génération, en associant de manière aussi fructueuse tradition, technologie et rentabilité, autour d’une expérience elle aussi totale, l’avant et après spectacle ayant été conçus comme faisant également partie de l’histoire.

 

Scène finale de <i>La Traviata</i> mis en scène par Francesca Zambello. De gauche à droite : Jonathan Summers (Giorgio Germont), Sarah Sweeting (Annina), James Bolton Wood (Doctor Grenvil), Gianluca Terranova (Alfredo Germont) et Emma Matthews (Violetta Valéry).

 

Un très beau concept et une prouesse à tous les niveaux dont la présente captation constitue un magnifique témoignage, si ce n’est sur le plan sonore qui sera très clairement à améliorer. Au printemps prochain, c’est Carmen qui aura les honneurs du port de Sydney. On l’attend déjà avec impatience !



Lire le test du DVD La Traviata par l'Opera Australia

 

Retrouvez la biographie de Giuseppe Verdi sur le site de notre partenaire Symphozik.info.

Jean-Claude Lanot

Suppléments du Blu-ray

Francesca Zambello.En HD, et en anglais stéréo PCM non sous-titré :

- Interview assez sommaire de Francesca Zambello, qui exprime le plaisir de participer à cette production et ses défis. (3'15)
- Interview de la costumière Tess Schofield. (2'20)
- Reportage sur une séance de photos promotionnelles avec la soprano Rachel Durkin, qui ne chante pourtant pas dans cette captation de La Traviata. (2'21)
- Module sur la fabrication du gigantesque lustre. (1'06)
- Accéléré sur la construction de la scène sur l'eau. (0'46)
- Accéléré de la soirée d'ouverture. (1'07)

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

Dans la belle nuit australienne, tout, des feux d’artifices à la mer, scintille de mille feux. Sans parler du magnifique lustre dont les reflets délicats illuminent la scène. Dans ce cadre magique mais totalement ouvert, la lumière est totalement maîtrisée et la caméra, malgré d’infimes imprécisions, reste magistralement précise et fluide, rendant l’opéra lisible et agréable à suivre. Les noirs profonds sont à l'origine de magnifiques contrastes et la définition est constamment optimale.

Son

Devant une telle attention à la multitude de détails de cette production, on a du mal à comprendre que le son ait été à ce point négligé.
La piste stéréo, très en retrait, se montre plate et écrase l'orchestre derrière une diffusion certes meilleure mais peu naturelle, des timbres vocaux.
Si le mixage multicanal cajole les voix, joliment timbrées et remarquablement différentiées dans les grands ensembles, l’orchestre ne gagne pas plus de présence. D’une rondeur consommée, il ne semble composé que de solistes aux aigus rognés et surtout aux basses inexistantes malgré la présence du caisson de graves. L'activité surround est par ailleurs quasi inexistante. On a d’autant plus de mal à rentrer dans le dispositif scénique que l’image sonore ne correspond ni à l’ampleur ni au relief assumé de l’image visuelle.

Note technique : 7/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.