Blu-ray Jaquette de : A John Williams Celebration

Distribution

Interprètes
  • Itzhak Perlman
    Violin
  • Dan Higgins
    Saxophone Alto
  • Glenn Paulson
    Vibraphone
  • Michael Valerio
    String Bass
  • The U.S. Army Herald Trumpets
  • Los Angeles Children’s Chorus
Orchestre
Los Angeles Philharmonic
Chef d'orchestre
Gustavo Dudamel, John Williams
Réalisation
Michael Beyer
Origine
Walt Disney Concert Hall - Los Angeles
Année
2014

Informations techniques

Durée
85'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
C Major
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
30/06/2015

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Aucun

A John Williams Celebration Blu-ray

Tutti ovation

Note générale : 10/10

John Williams

Concert


Quand il compose une œuvre, John Williams tient généralement à la diriger. Mais pour ce concert-hommage proposé au Walt Disney Concert Hall le 30 septembre 2014, c'est Gustavo Dudamel qui officiait face au Los Angeles Philharmonic pour interpréter les plus belles pages du compositeur lors d'une soirée de gala en sa présence. Michael Beyer filmait cette prestation haute en couleur disponible en Blu-ray et DVD sous le label classique C Major, témoignant s'il était encore besoin, que la reconnaissance de John Williams dépasse de loin les frontières entre genres et styles.

Le Walt Disney Concert Hall de Los Angeles à l'heure de la musique de John Williams le 30 septembre 2014.

 

Dans le monde compartimenté qui est le nôtre, peu de compositeurs de musiques de film peuvent se targuer de se sentir aussi bien dans un studio d'enregistrement hollywoodien que dans une salle de concert classique, voire une boîte de jazz.
John Williams est de ceux-là. Non seulement parce qu'il compose dans les deux univers, mais également parce qu'avec lui, les deux univers co-existent totalement. En effet, si ses musiques de film empruntent largement à Stravinsky, Richard Strauss, Tchaïkovsky ou encore Prokofiev, sa musique de concert se fait volontiers narrative ou descriptive.

 

John Williams et Gustavo Dudamel réunis le 30 septembre 2014 au Walt Disney Concert Hall de Los Angeles.

 

Témoin ce merveilleux Soundings qui résonne ici une fois encore dans le Walt Disney Concert Hall qu'il avait inauguré. Cette pièce remarquable raconte ce foisonnement d'expériences sonores tandis que l'orchestre, dans sa diversité, prend possession de ce qui était alors, en 2003, son nouveau lieu d'expression.

On pourrait toujours discuter les œuvres choisies pour le présent hommage tant l'œuvre de John Williams est foisonnante, mais le fait est que la diversité est encore le maître-mot du programme : fanfare, musique contemporaine, concerto pour violon, jazz, musique chorale et musique symphonique. Par ailleurs, aucun temps mort dans cette sélection musicale rehaussée par quelques images-clés des films cités projetés sur grand écran au-dessus du Los Angeles Philharmonic.

 

Glenn Paulson (Vibraphone), Michael Valerio (Contrebasse) et Dan Higgins (Saxophone alto) interprètent la musique composée par John Williams pour le film <i>Arrête-moi si tu peux</i>.

 

Gustavo Dudamel dirige le Los Angeles Philharmonic.Si Gustavo Dudamel semble un peu moins à l'aise avec la musique composée pour le film Catch me if you can, légèrement scolaire malgré les excellents musiciens de jazz invités, il impose pour le reste son style à cette musique et contredit les esprits chagrins qui ne voient qu'uniformité chez les musiciens d’orchestre américains. Le simple fait d'inviter John Williams à prendre lui-même  la baguette pour la Marche impériale de Star Wars en bis nous fait mesurer l'écart d'interprétation entre les deux chefs.
À John Williams l'exactitude, l'exigence de chaque pulsation, la précision et même la rigueur par endroits. À Gustavo Dudamel une forme de lyrisme principalement axé sur des cordes souples, mais extrêmement denses quitte à apporter parfois un rien de lourdeur. Le chef prend le temps d'écouter, de donner corps au son, tout en accordant sa confiance, en particulier aux cuivres, assez autonomes.

 

John Williams prend la baguette et dirige le Los Angeles Philharmonic dans la <i>Marche Impériale<i> tirée de <i>Star Wars</i>.

 

Le Los Angeles Children’s Chorus.C'est ainsi qu'on trouvera The Throne Room, également tiré de Star Wars, moins héroïque qu'attendu, et surtout une Liste de Schindler un rien hédoniste à défaut de magique, sans que cette remarque soit pour autant dépréciative. Du reste, on appréciera le fait que le chef ne cherche pas à imiter ce que nous avons tous à l'oreille via les disques, ce qui constitue finalement le plus bel hommage : interpréter Williams au même titre que Mozart ou Stravinsky…

Au final, plus encore que Star Wars, mis en scène à grand renfort de Stormtroopers, on retiendra le chœur d'Amistad, qui constitue assurément le climax émotionnel de cette soirée, tant cette musique, belle dans sa simplicité, se trouve magnifiée par le chant poignant du Los Angeles Children's Chorus .

Un concert incontournable, à la croisée des chemins, dans une galaxie pas si éloignée que cela !


Lire le test du DVD A John Williams Celebration

Jean-Claude Lanot

Suppléments du Blu-ray

Une discussion entre Gustavo Dudamel et John Williams figure comme supplément des DVD et Blu-ray édités par C Major.
En HD et en anglais stéréo PCM sous-titré en français, allemand, espagnol et japonais, comme le programme principal :

- Dialogue entre Gustavo Dudamel et John Williams, sous forme de rétrospective de la carrière du compositeur et à grand renfort d'admiration mutuelle, et interview d'Itzhak Perlman sur les circonstances de son implication dans la musique de La Liste de Schindler. (17'27 au total)
- Cinq bandes-annonces.

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

La colorimétrie, très légèrement accentuée, participe pleinement au spectacle. Les éclairages se reflètent sur les instruments de l’orchestre pour le plaisir des yeux et de bons contrastes captent l’attention. La luminosité est savamment étudiée mais on regrettera que le visage de Gustavo Dudamel soit parfois un peu trop blanc. Quant à la définition, elle s’invite sur chaque plan, détaillant les matières ou invitant le regard à se promener sur les plans larges très bien filmés.

Son

La piste stéréo, assez dynamique, propose une belle ouverture et un détail satisfaisant. Une certaine profondeur s’invite sur la scène avant et l’écoute demeure toujours plaisante à défaut d’être aussi enthousiasmante que le mixage multicanal.
Le mixage 5.1 est autrement plus percutant. Un superbe relief permet de localiser les différents plans, tandis que le caisson de basses apporte un rendu quasi palpable des graves. L’orchestre jaillit à l’avant avec de splendides timbres, tandis qu’à l’arrière, les enceintes surround participent à l’immersion du spectateur. La dynamique, en outre, est bien supérieure à celle déployée par le mixage stéréo.

Note technique : 9/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Gustavo Dudamel
Itzhak Perlman
John Williams
Los Angeles Philharmonic

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
La Finta Giardiniera à l'Opéra de Lille - Tutti Ovation
Requiem Verdi Gustavo Dudamel Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD de Porgy and Bess à l'Opéra de San Francisco obtiennent le label Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.