DVD Jaquette de : La Flûte enchantée (Rattle, Carsen - 2013)

Distribution

Interprètes
  • Pavol Breslik
    Tamino
  • Kate Royal
    Pamina
  • Dimitry Ivaschenko
    Sarastro
  • Ana Durlovski
    Königin der Nacht
  • Michael Nagy
    Papageno
  • Regula Mühlemann
    Papagena
  • Annick Massis
    Erste Dame
  • Magdalena Kozena
    Zweite Dame
  • Nathalie Stutzmann
    Dritte Dame
  • José van Dam
    Sprecher
  • James Elliott
    Monostatos
  • David Rother
    Erster Knabe
  • Cedric Schmitt
    Zweite Knabe
  • Joshua Augustin
    Dritte Knabe
  • Andreas Schaeger
    Erster Priester
  • Jonathan Lemalu
    Zweiter Priester
  • Benjamin Hulett
    Erster Geharnischter
  • David Jerusalem
    Zweiter Geharnischter
  • Rundfunkchor Berlin
Mise en scène
Robert Carsen
Orchestre
Berliner Philharmoniker
Chef d'orchestre
Sir Simon Rattle
Réalisation
Olivier Simonnet
Origine
Festspielhaus Baden-Baden
Année
2013

Informations techniques

Durée
160'
Nombre de disques
2
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Berliner Philharmoniker
Distributeur
Berliner Philharmoniker
Date de sortie
23/09/2013

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DD
5.1 DTS mi-débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Japonais

La Flûte enchantée (Rattle, Carsen - 2013) DVD

Die Zauberflöte

Tutti ovation

Note générale : 10/10

Wolfgang Amadeus Mozart

Opéra


On s’essoufflerait à recenser les différentes versions vidéo de La Flûte enchantée. Celle-ci, éditée avec classe en Blu-ray et DVD par le label Berliner Philharmoniker, propose une toute nouvelle production créée à Baden-Baden au printemps 2013. Dirigée par Sir Simon Rattle, elle est mise en scène par l’omniprésent Robert Carsen qui, après Aix-en-Provence en 1994, confronte pour la seconde fois son imaginaire à l’opéra le plus populaire de Mozart. Vivier de stars dans les rôles secondaires, elle affiche dans le quintette de tête des chanteurs qui commencent à devenir incontournables. Ainsi Pavol Breslik en Tamino et la Papagena de la jeune Regula Mühlemann tous deux à l'affiche de la reprise légèrement modifiée de cette production à l'Opéra Bastille ce printemps 2014. Alors enchantée, cette énième Flûte ?

 

Michael Nagy (Papageno) dans <i>La Flûte enchantée</i> lors du Festival de Pâques de Baden-Baden 2013.  © Andrea Kremper

 

D’aussi loin que l’on se souvienne, quelle version de La Flûte enchantée nous aura vraiment marqué ? Il y en a eu tant, souvent réussies, certaines classiques, d’autres qui l’étaient moins… On se souvient par exemple de l’intelligence visuelle du tandem Caurier-Leiser au Théâtre du Jorat en 1991 mais aussi des incongruités de la version matelassée de la Fura dels Baus à l'Opéra Bastille en 2005. On a beau balayer sa mémoire, la vision qui s’impose à nous in fine est celle d’Ingmar Bergman. Du cinéma, certes, mais pas seulement puisque le film du cinéaste suédois parvenait à capter de façon miraculeuse l’essence de la scène. Si sa caméra était posée sur les planches du petit théâtre baroque de Drottningholm, c’était pour mieux s’en évader. Un miracle de subtilité et d’humanité.

Robert Carsen parle de sa mise en scène de <i>La Flûte</i> à Baden-Baden dans les bonus des Blu-ray et DVD édités par Berliner Philharmoniker.Et voici que La Flûte enchantée que Robert Carsen remet sur le métier, au lieu de la banale exécution par le metteur en scène canadien d’une commande de plus dans un emploi du temps bondé, apparaît elle aussi pour ce qu’elle est : une réussite magnifique à la hauteur, selon nous, du modèle bergmanien. Et cette fois, ce n’est pas au cinéma que cela se joue mais à Baden-Baden, lors du Festival de Pâques.

Robert Carsen est un des meilleurs metteurs en scène actuels. Mais, comme tous les immenses artistes, il lui arrive parfois d’être un peu moins inspiré. Il n’y a jamais de spectacles ratés chez Carsen mais, comme chez Fellini ou Demy, seulement des grands Carsen et des moindres. Certaines de ses productions sont classées dans la liste convoitée des plus beaux spectacles du monde : Le Songe d’une nuit d’été, sa Katia Kabanova aquatique. D'autres sont un peu trop voyantes dans leur recyclage d’un système rodé : Tosca, L’Affaire Makropoulos. Mais entre ces deux pôles, c’est toujours passionnant. Toujours très esthétisant aussi (trop, déplorent certains !). Avec Robert Carsen, on se situe aux antipodes de la radicalité visuelle d’un Christoph Marthaler mais sur le même niveau d’intelligence. La liste est longue : Les Boréades, les Contes d’Hoffmann, Alcina, Dialogues des carmélites, ses Janacek… Énumérer, c’est ouvrir la malle aux trésors lyriques.

 

Ouverture de <i>La Flûte enchantée</i> à Baden-Baden. Au centre, Pavol Breslik dans le rôle de Tamino.

 

Oscillant entre la terre et l’herbe qui la recouvre, entre le jour et la nuit, entre ombre et lumière, entre la Vie et la Mort, emportée par un constant humanisme, cette Flûte enchantée de 2013, bien supérieure à la première tentative de Carsen à Aix-en-Provence en 1994, est une de ses plus belles réalisations.
À l’instar de Bergman, Carsen utilise la musique de Mozart dès l’ouverture. Sortant du noir de la salle, des êtres humains magnifiques s’installent sur l’herbe verte qui ceinture le pourtour de la fosse d’orchestre et écoutent. Comme chez Bergman, ils écoutent les notes qui s’élèvent. Comme le spectateur qui tend l'oreille à son tour, mais aussi comme Simon Rattle lui-même, tout à son bonheur de faire jouer pour la première fois en live la divine partition à sa mythique phalange. Parmi eux, Tamino. Il sera soudainement soulevé par tous ceux qui l’entourent et jeté dans la fosse d’une tombe fraîchement creusée dans le vert d’une clairière. Habituellement dévolues à l’Acte II, les épreuves, ici, commencent dès la première scène. Pamina subira plus tard un sort analogue. Sarastro, La Reine de la Nuit, les "prêtres" devenus fossoyeurs chez Carsen, les trois dames et les trois garçons, tous sont de mèche pour tester l’endurance du futur couple. Bergman, dans son film, avait avancé le premier l’idée que la Reine de la Nuit et Sarastro n’étaient pas étrangers l’un à l’autre. À une petite exception près, l’idée fonctionne ici de bout en bout avec bonheur.

 

Michael Nagy interprète le rôle de Papageno dans <i>La Flûte enchantée</i> à Baden-Baden.

 

Ce décor de clairière au printemps (de la vie ?) est magnifique : par le biais d’habiles transparences, il gagnera parfois en profondeur de champ, et en nombre de fosses, avec de superbes effets de perspective. L’Acte I est celui des Quatre saisons, de la Vie. À la fin de celui-ci, Tamino s’engage sur l’échelle qui descend dans une des fosses.
En saisissant contrepoint, l’Acte II, idée géniale et magnifiquement réalisée, sera celui de la Mort. La clairière a laissé place à un décor plus beau encore : celui d’un caveau situé sous les tombes vues à l'Acte I. Trois immenses échelles disposées en diagonale permettent d’entrevoir la lumière de la clairière située au-dessus. On voit en toute logique Tamino achever la descente de l’échelle entamée à la fin du premier Acte. Au sol, l’herbe a cédé la place à de la terre battue qui sera ensuite jonchée de cercueils, d’ossements. Parfois, les deux décors se superposeront avec virtuosité : on suivra par exemple la chute d’un vêtement jeté dans la fosse du haut et apparaissant simultanément dans le caveau du bas !

On a perdu sans regret aucun toute la quincaillerie maçonnique habituelle pour y gagner en profondeur de sens ! La vie de couple, n’est-ce pas devoir se confronter à la Vie mais aussi à la Mort ? Tout cela est très bien dit au fil de ce spectacle d’une accessibilité totale qui nous semble un jalon de première importance dans l’immense carrière de Robert Carsen.

 

Pavol Breslik (Tamino) devant l'image de Kate Royal (Pamina).  © Andrea Kremper

 

Michael Nagy (Papageno) et Regula Mühlemann (Papagena).Les idées fourmillent au cours de ce voyage vers le haut accompli sans mièvrerie aucune, et nous apprécions tout particulièrement la façon de contourner toutes les difficultés obligées : le serpent, ici d’autant plus effrayant qu’il reste longtemps invisible, terré au fond de la tombe dans laquelle Tamino a été propulsé ; le cadenas fermant la bouche de Papageno actionné par le bip de la télécommande d’une clé de contact de voiture ; le portrait vivant de Pamina projeté sur la totalité du fond de scène offrant à Kate Royal l’occasion d’une subtile et séduisante chorégraphie faciale, idéalement adaptée au discours musical ; les animaux autour de Tamino sont biffés au profit de gracieuses volées d’oiseaux… Nous sont épargnées les plumes de Papageno, devenu ici un très crédible routard que Carsen transformera un instant en Hamlet dans le caveau de l'Acte II. Tout droit sortie des Noces funèbres de Tim Burton, Papagena fera irruption d’un cercueil… La liste est très longue et chaque moment des 2h40 de cette Flûte archi-intégrale, notamment au plan des dialogues, est un pur bonheur.

 

Ana Durlovski interprète la Reine de La Nuit dans <i>La Flûte enchantée</i> à Baden-Baden sous la direction de Simon Rattle.

 

La direction d’acteurs est fouillée pour tous. Les costumes de Petra Reinhardt enchantent à la fois par leur naturel et leur élégance. Les trois garçons apportent également une touche fantastique des mieux venues avec leur façon caméléonesque de revêtir systématiquement un costume identique à celui de leur interlocuteur. Ils seront même habillés en Pamina !

Le décor de Michael Levine est superbe. L’usage de la vidéo, très présente, est d’une virtuose inventivité. Tout, absolument tout, fonctionne hormis l’avant-dernière scène nocturne entre La Reine et Monostatos. Le simple geste d’excuse de la Reine apparaît à ce moment comme une justification un brin insuffisante. Broutille au sein d’un spectacle d’une intelligence aussi grande que sa constante beauté plastique, capté avec la grâce qui lui convient par le réalisateur Olivier Simonnet.

 

Pavol Breslik interprète le rôle de Tamino.

Dimitry Ivaschenko (Sarastro) et Kate Royal (Pamina).Les chanteurs, emportés par le Tamino vraiment princier, viril, solaire et constamment bien chantant de Pavol Breslik, participent avec un bel engagement à cette lumineuse marche vers le bonheur. La Pamina très concernée de Kate Royal, plutôt dramatisante ("Ach ich fühl's", le quatuor avec les enfants), soigne aussi des aigus charnus, dardés vers le cœur. La Reine de la Nuit d’Ana Durlovski est absolument splendide : dramatique, très incarnée. Avec des couleurs très sombres dans la première partie de "O zittre nicht", elle sidère par sa gestion sans faille de la pyrotechnie de ses deux airs, ce qui n’est pas donné à toutes les prétendantes à ce rôle. Son jeu est de surcroît le parfait vecteur du pari de Carsen et cette mère folle de son corps, qui va jusqu’à vamper littéralement Tamino (Sarastro avait-il prévu ça aussi ?) est une alternative bienvenue à toutes les castratrices déchaînées auxquelles le spectateur est souvent habitué.
Dimitry Ivaschenko est un Sarastro qu’on écoute d’autant mieux qu’il ne pontifie pas, et dont la voix naturellement somptueuse énonce en toute simplicité les graves plus profonds de la littérature d’opéra. Michael Nagy recueille fort justement un triomphe avec son Papageno très séduisant et, chose courante pour les Papageno, chanté avec la plus grande facilité. Regula Mühlemann est une aussi parfaite Papagena qu'un merveilleux récent oiseau de la forêt à l'Opéra de Genève. Rappelons qu’elle était déjà Papagena en 2012 à Salzbourg dans Das Labyrinth de Peter von Winter, suite de La Flûte. Le Monostatos bien chantant de James Elliott n’a plus rien d’un clone de Mime. Même lui sera sauvé in extremis du côté obscur par le metteur en scène.

 

Cela arrive de temps à autre : on distribue, parfois au détriment de l’unité stylistique, les trois dames à trois chanteuses dont le renom individuel suffit à remplir les salles. Annick Massis, Magdalena Kozena et Nathalie Stutzmann rivalisent ici mais leurs timbres constamment reconnaissables ne nuisent en rien à l’entreprise. Leurs apparitions sont même des moments d’intense jubilation comique. On sent que Carsen s’amuse à jouer lui aussi avec ces trois divas dont il tient à faire trois savoureuses complices. Rattle en rajoute et leur offre même une version alternative de pure virtuosité à la fin de leur premier trio.

 

Annick Massis (première Dame), Magdalena Kozena (seconde Dame) et Nathalie Stutzmann (troisième Dame).

Magdalena Kozena, Nathalie Stutzmann et Annick Massis interviewées par Sarah Willis.

 















José van Dam dans le rôle du récitant.Le Sprecher est souvent offert à une grande voix. Rattle a choisi José Van Dam pour une émotion immédiatement au rendez-vous à l’écoute de ce timbre que l’on n’avait plus entendu depuis ses adieux à l'opéra en Don Quichotte à Bruxelles.
Les voix merveilleusement accordées des trois garçons parachèvent la réussite. Simon Rattle, visiblement ravi de ses élèves offre à ces derniers, comme aux autres, quelques ornements inédits.

Au Philharmonique de Berlin, Rattle fait aussi don de quelques aménagements : des percussions lointaines au cours des traversées de l’eau et du feu, le carillon vibrionnant de Papageno sur l’allegro du dernier chœur, mais aussi quelques variations de tempi parfois surprenantes, des micro-accélérations qui semblent témoigner de l’impatience espiègle d’une exécution jubilatoire et solaire, où le directeur musical de la Philharmonie redevient sous nos yeux l’enfant qui sommeille en tout spectateur de La Flûte enchantée.

Le bonheur n’a rien à raconter, dit-on. La marche vers le bonheur, en revanche, c’est tout autre chose. C’est le désir de Robert Carsen et de Simon Rattle de nous faire faire ce voyage qui devrait être celui de tous les Hommes. Et c’est logiquement autour du chef d’orchestre que chacun revient à la fin. Sur les ultimes mesures, Tamino saisit un instant le bras du chef d'orchestre ! Ainsi s'achève le spectacle, autour de la fosse d’où la représentation est née et où elle retourne pour la conclusion : la fosse de l’orchestre. La plus grande de toutes les fosses utilisées par Robert Carsen au long de ce voyage exemplaire qu'il nous propose : celle d’où surgit, non un hideux serpent, mais la plus belle des musiques.

 

Finale de <i>La Flûte enchantée</i> mise en scène par Robert Carsen à Baden-Baden.  © Andrea Kremper

 

 

Retrouvez Pavol Breslik dans une interview menée à l'Opéra Bastille alors qu'il chantait le rôle de Tamino…À noter : L'Acte I est proposé sur le DVD 1 (68'54) ; l'Acte II sur le DVD 2 (91'12).

Important : Ce titre est en vente quasi-exclusive sur le site du Berliner Philharmoniker

Lire le test du Blu-ray La Flûte enchantée dirigée par Simon Rattle à Baden-Baden

Retrouvez la biographie de Wolfgang Amadeus Mozart sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Jean-Luc Clairet

Suppléments du DVD

En anglais stéréo DD, avec sous-titres allemands uniquement.
Sur le DVD 1 :
Simon Rattle présente <i>La Flûte enchantée</i> dans les bonus des Blu-ray et DVD édités par le label Berliner Philharmoniker.- L'introduction à La Flûte enchantée par Sir Simon Rattle permet de mieux comprendre l'enjeu que représente de diriger cet opéra pour un chef d'orchestre. La sincérité est ici de mise. (17'22)
- Interviewé par la corniste Sarah Willis, le metteur en scène Robert Carsen apporte un éclairage tout aussi intéressant sur son approche et le thème de la mort omniprésent dans le livret de La Flûte. (11'15)
- Un petit making-of sympathique toujours mené par Sarah Willis nous permet d'assister à quelques scènes de répétitions et de rencontrer, parmi d'autres, le décorateur Michael Levine, l'accessoiriste de la production, le hautboïste Jonathan Kelly, le flûtiste Michael Hasel et, côté chanteurs : Kate Royal, James Elliott, Regula Mühlemann, Magdalena Kozena, Nathalie Stutzmann, Annick Massis et Michael Nagy, Quelques instantanés de coulisses captés lors de la Première véhiculent un peu d'adrénaline. (15'02)
Sur le DVD 2 :
- Making-of sur les captations du Berliner Philharmoniker diffusées sur Internet. Divers aspects techniques sont abordés de façon simple dans ce sujet assez promo mais néanmoins instructif. (4'33)
- Publicité pour les concerts retransmis sur www.digital-concert-hall.com (1'26)
- Clip sur le partenariat du Berliner Philharmoniker avec la Deutsche Bank. (2'43)

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Cette captation Haute Définition révèle sur support DVD un spectacle aux couleurs équilibrées et au niveau de contraste fort probant. Au côté d’un noir bien dense, les teintes chair des carnations s'expriment aussi bien que le vert de l'herbe artificielle ou le costume clair porté par Tamino. Les projections de forêt "vivante" utilisées durant toute la représentation passent plutôt bien. La précision globale est satisfaisante mais les plans généraux manquent de piqué et de ce précieux détail que le Blu-ray préserve constamment. Quelques saccades dans le mouvement rapide des caméras ou des chanteurs.

Son

Le mixage stéréo propose une scène avant assez large et un équilibre notable entre l'orchestre et les chanteurs. La réverbération particulièrement fine permet une intelligibilité toujours parfaite des voix mais la fosse n'est jamais sacrifiée pour autant sur l'autel des chanteurs. La dynamique se montre confortable.
Les pistes multicanales 5.1 décuplent l'ouverture à l'avant et apportent une profondeur qui s'accorde à merveille avec les images. Les graves sont magnifiés par le caisson de basses et donnent plus de relief à l'orchestre. La scène arrière, judicieusement mixée, apporte une légère aération à une écoute somme toute naturelle.
L'encodage Dolby Digital, dont on peine à comprendre la présence ici, montre son efficacité dans les contrastes de dynamique et la projection globale du son, mais ne se départit pas d'harmoniques quelque peu écrasées et de forte qui tendent au criard. Plus subtil, l'encodage DTS se montre moins agressif et préserve bien mieux la finesse des timbres et leur richesse.

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.