DVD Jaquette de : Faust (Stefano Poda, Turin 2015)

Distribution

Interprètes
  • Charles Castronovo
    Faust
  • Ildar Abdrazakov
    Méphistophélès
  • Irina Lungu
    Marguerite
  • Vasilij Ladjuk
    Valentin
  • Ketevan Kemokmidze
    Siébel
  • Samanta Korbev
    Marthe
  • Paolo Maria Orecchia
    Wagner
  • Chorus Teatro Regio Torino
Mise en scène
Stefano Poda
Chorégraphie
Stefano Poda
Orchestre
Orchestra Teatro Regio Torino
Chef d'orchestre
Gianandrea Noseda
Réalisation
Tiziano Mancini
Origine
Teatro Regio de Turin
Année
2015

Informations techniques

Durée
180'
Nombre de disques
2
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
C Major
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
01/04/2016

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS Plein débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Chinois
•  Coréens
•  Espagnol
•  Français
•  Italien
•  Japonais

Faust (Stefano Poda, Turin 2015) DVD

Note générale : 9/10

Charles Gounod

Opéra


En publiant en Blu-ray et DVD une production de Faust qui fit beaucoup de bruit à Turin en 2015, l'éditeur C Major donne une légitime visibilité à l'art singulier de Stefano Poda, metteur en scène italien œuvrant en démiurge depuis 2008. Les troupes turinoises sont dirigées par Gianandrea Noseda tandis qu'une distribution formée de chanteurs des plus cosmopolites - Charles Castronovo, Ildar Abdrazakov et Irina Lungu - affronte l'opéra de Gounod, soit un des opéras français parmi les plus célèbres au monde.

 

Maquette de Stefano Poda pour <i>Faust</i> de Gounod.  © Stefano Poda

 

Le Faust de Gounod a tout à gagner d'un salutaire rafraîchissement dépoussiérant. La vision décapante et si intelligente de Jorge Lavelli qui fit tant couler d'encre à l'ère Liebermann est aujourd'hui la référence de nos mémoires. Elle parvenait, dans l'optique d'une translation temporelle du XVIe siècle originel à l'époque de la création de l'opéra, à arracher à une tradition bien établie des personnages engoncés dans les tournures d'un livret un brin suranné. On perdait "la plume au chapeau", mais l' "Ange pur et radieux" de Marguerite voyait l'indulgence de notre sourire remplacée par une empathie totale envers le martyre de la jeune femme abandonnée jusqu'à la folie par les hommes. Comme elle était loin, alors, la Castafiore de l'Air des bijoux !

 

Irina Lungu (Marguerite) et Charles Castronovo (Faust) dans <i>Faust</i> de Gounod.  © Ramella & Giannese/Teatro Regio Torino

 

Lorsque le rideau se lève sur la transposition de 2015, cette fois intemporelle, signée Stefano Poda, on se dit que l'on tient, 40 ans plus tard, un autre Faust idéal. Le choc esthétique est total devant cet anneau incliné qui émerge de la pénombre d'une boîte minérale aux murs de pierre claire et au noir plafond à coulisse. On se demande un instant si on ne s'est pas trompé d'opéra tant ce décor pourrait assurément s'adapter à la Tétralogie.
Ildar Abdrazakov (Méphistophélès), Charles Castronovo (Faust) et Irina Lungu (Marguerite).  © Ramella & Giannese/Teatro Regio TorinoC'est dire le sérieux avec lequel Poda s'attaque à ce Faust qui fit vibrer nos aïeuls lors de tant de matinées dominicales. Sous l'anneau gigantesque, symbole de l'enfermement, mais avant tout du cycle du temps, de l'éternel recommencement, un Faust au torse nu, entouré d'une pléiade de sabliers, est crucifié au sol, au pied d'un amoncellement de livres. Le plateau tournant est constitué de cercles blancs concentriques recouverts d'inscriptions qui confirment la volonté de Stefano Poda de revenir aux origines du mythe en affiliant le Faust de Gounod au Faust de Goethe : "Im Anfang war die Tat!"*,… Rendre à Goethe ce qui fut d'abord à Goethe. Le Faust de Gounod quittant le théâtre lyrique pour le cosmos, l'on est, bien sûr, très preneur.
* "Au commencement était l'acte !"

Dans des éclairages de toute beauté, également conçus par le metteur en scène, les positions de l'anneau seront déclinées de toutes les façons imaginables : du statut de commode paravent pour entrées et sorties, il se fait mur pour la kermesse du deuxième acte, maison de Marguerite envahie par le végétal, chambre des suppliciés à Walpurgis, trouée sur l'infini de la rédemption…

Cet univers forcément sublime et hypnotisant pour l'œil est peuplé de créatures habillées avec une imagination costumière qui confine au défilé de mode ultra-branché, là encore sorti de l'imagination graphique de Stefano Poda : même l'accorte Marthe n'est plus "la voisine un peu mûre" méchamment croquée par Méphisto, mais une femme des plus sexy. Les fleurs de Siébel deviennent un très beau manteau que Marguerite portera comme une tunique de Nessus lorsqu'elles faneront : très belle idée, à l'instar des couronnes d'épines ceignant les fronts des soldats sur "Gloire immortelle de nos aïeux", d'un spectacle capable aussi d'en accoucher d'autres plus contestables telle celle où Méphisto crève les ventres de femmes enceintes portant ballons noirs au bout d'un fil.

 

Chœurs du Teatro Regio de Turin dans <i>Faust</i> mis en scène par Stefano Poda.  © Ramella & Giannese/Teatro Regio Torino

 

Les chœurs sont mis à contribution pour des chorégraphies originales, même si souvent très mécaniques, qui nous vengent de tant de mises en scène au premier degré, mais qui ne sont pas toujours lisibles : la Valse de l'Acte II est remplacée par une impro géante hyper-contrôlée sur le thème du trouble obsessionnel du comportement… On s'y prend le bras, certes, mais pour accoucher de serpents censés évoquer peut-être la composante maléfique à l'œuvre, voire pour signifier que l'Enfer est déjà sur Terre… Si la Nuit de Walpurgis commence assez bien avec la vision de mains sortant de l'anneau devenu chaudron de l'Enfer, la suite, très esthétiquement dénudée, se réduit trop à un exercice de gymnastique un peu vain où erre en touriste un Faust peu concerné. C'est d'ailleurs l'impression qui gagne peu à peu l'esprit lorsque l'œil dessillé parvient à sortir du sortilège visuel : les solistes se meuvent assez traditionnellement, voire maladroitement - apparitions de Marguerite, déambulations lentes de choristes - au sein d'un univers sublime mais au sens plus incertain. À la fin, des sabliers sont remis à Faust ainsi qu'à Méphisto : les deux hommes ne semblent savoir qu'en faire, tout comme le spectateur. De même, Marguerite semble hésiter à diriger son regard vers le second anneau apparu dans la trouée du fond de scène ou vers le spectateur auquel elle adresse le passage de relais d'un "regard caméra". À ce stade, nous quittons un spectacle certes magnifique mais en léger déficit de sens général.

 

<i>Faust</i> de Gounod mis en scène par Stefano Poda à Turin en 2015.  © Stefano Poda

 

<i>Faust</i>, Scène de l'église, avec Ildar Abdrazakov (Méphistophélès) et Irina Lungu (Marguerite).  © Ramella & Giannese/Teatro Regio TorinoLa baguette de Gianandrea Noseda emporte l'Orchestre du Teatro Regio de Turin avec un allant aux antipodes de l'impressionnante direction de Colin Davis dans son enregistrement Philips, qu'on aurait vu plus en phase encore avec la cérémonie visionnaire de Poda. Forcés de faire le deuil d'une prononciation française idoine, les plaisirs que génère une distribution convaincante sont nombreux. Irina Lungu, la plus audible, est une Marguerite vaillante et musicale, à peine plus corsée que ses devancières, se consumant dans un final irrésistible. Physiquement le charme est indéniable, la chanteuse formant avec Charles Castronovo un couple assez glamour. Le ténor américain vainc les périls d'un rôle ardu, séduisant par un engagement vocal plus intérieur que véritablement flamboyant, ce qui s'avère payant dans un tel environnement scénique. Ildar Abdrazakov est un Méphisto de belle prestance, ne forçant jamais sur la caricature noircie : une voix policée qui évoque une manière de René Pape russe. Si le Valentin solide de Vasilij Ladjuk se débat davantage avec ses voyelles que ses partenaires, le travesti ultra-crédible du Siébel confié à la voix chaleureuse de la chanteuse géorgienne Ketevan Kemoklidze, aussi bonne chanteuse que bonne comédienne, est des plus touchants. Samantha Korbey est, en accord avec la production, une Dame Marthe éloignée de toute caricature tandis que Paolo Maria Orecchia sait mettre à profit les quelques interventions de Wagner pour imposer la noirceur de son timbre. Les chœurs du Teatro Regio, une fois passée la périlleuse kermesse, sont à la hauteur de l'enjeu.
La captation de Tiziano Mancini, très satisfaisante dans l'ensemble, rate hélas la scène de l'église où les plans serrés nous privent par trop de la transformation spectaculaire du décor.

 

Charles Castronovo chante le rôle-titre du <i>Faust</i> de Gounod à Turin.  © Ramella & Giannese/Teatro Regio Torino

 

L'on aura compris, le spectacle de Stefano Poda, qui gagne certainement à être vu de loin, nous impressionne davantage par son esthétisme que par sa direction d'acteurs, deux principes suprêmes de la mise en scène qu'un Carsen, par exemple, maîtrise en général admirablement. Une corde qui manque peut-être encore à l'arc déjà très fourni d'un metteur en scène capable déjà de signer le décor, les costumes, les lumières et même les chorégraphies de ce Faust très recommandable…



À noter : Les Actes I, II et III sont proposés sur le DVD 1 (102’36) ; les Actes IV et V sur le DVD 2 (77’18).

Lire le test du Blu-ray Faust mis en scène par Stefano Poda à Turin…

Retrouvez la biographie de Charles Gounod sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Jean-Luc Clairet

Suppléments du DVD

Sur le DVD 2 :
Cinq bandes-annonces. (Stéréo DD)

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Couleurs, effets de lumière et matières ressortent bien sur les plans serrés et moyens, portés par une définition satisfaisante. En revanche, les plans d’ensemble sont peu définis. Les forts contrastes passent difficilement et le niveau de contraste varie en fonction de la qualité d’éclairage. La richesse visuelle de la production nécessite pleinement de regarder cette captation en Blu-ray car le support DVD se montre trop limité en termes de qualité de reproduction pour véhiculer tout l’intérêt du spectacle.

Son

La piste stéréo, très musicale, équilibrée et dynamique, propose une scène avant contrastée où les voix solistes trouvent une expression naturelle. Les graves sont présents, et l’ensemble est nuancé autant que, parfois, assez puissant.
Le mixage 5.1 apporte une vitalité supplémentaire. L’encodage DTS plein débit proposé par l’éditeur apporte une subtilité constante à la reproduction et une richesse extrême des harmoniques. Le caisson de basses, assez actif mais bien intégré, soutient la restitution avec de somptueux graves. Les enceintes surround sont un peu trop discrètement mixées mais elles participent néanmoins à un sentiment d’aération appréciable.

Note technique : 8/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Charles Castronovo
Charles Gounod
Gianandrea Noseda
Ildar Abdrazakov
Irina Lungu
Stefano Poda
Teatro Regio de Turin

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.