Blu-ray Jaquette de : Don Pasquale (Glyndebourne 2013)

Distribution

Interprètes
  • Alessandro Corbelli
    Don Pasquale
  • Danielle de Niese
    Norina
  • Nikolay Borchev
    Malatesta
  • Alek Shrader
    Ernesto
  • James Platt
    A Notary
  • Anna-Marie Sullivan
    Servant
  • The Glyndebourne Chorus
Mise en scène
Mariame Clement
Orchestre
London Philharmonic Orchestra
Chef d'orchestre
Enrique Mazzola
Réalisation
Myriam Hoyer
Origine
Glyndebourne
Année
2013

Informations techniques

Durée
128'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
Opus Arte
Distributeur
DistrArt Musique
Date de sortie
19/05/2014

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Coréens
•  Français

Don Pasquale (Glyndebourne 2013) Blu-ray

Tutti ovation

Note générale : 10/10

Gaetano Donizetti

Opéra


En 2011, le Festival de Glyndebourne confiait à Mariame Clément la mise en scène de Don Pasquale. En 2013, cette production est reprise et fait l'objet d'une captation que l'éditeur anglais Opus Arte propose en Blu-ray et en DVD. Enrique Mazzola est à la tête du London Philharmonic Orchestra, et une distribution juvénile où l'on distingue Alessandro Corbelli et Danielle de Niese, fait des étincelles. Tout semble ici réuni pour que soit pris au sérieux l'hilarant opéra de Donizetti…

Alessandro Corbelli (Don Pasquale), Nikolay Borchev (Malatesta) et Anna-Marie Sullivan (Servante) dans <i>Don Pasquale</i> à Glyndebourne.

 

L'intrigue est classique : le barbon épouse un tendron qui deviendra un dragon. De cette trame, Richard Strauss et Stefan Zweig ont fait en 1935 leur Schweigsame Frau (La Femme silencieuse), unique collaboration d'un tandem qui aurait enchanté le XXe siècle lyrique si l'Histoire n'avait frappé les coups de la brutalité humaine. Cet opéra crépusculaire, à bien des niveaux et bien que peu joué, a souvent été pris davantage au sérieux que son aîné, le Don Pasquale de Gaetano Donizetti créé en 1843. Il y a pourtant gros à parier que le visionnage de cette production de Glyndebourne saura imposer les qualités de l'œuvre, un opéra dans lequel intelligence et humour rivalisent

Julia Hansen et Mariame Clément parlent de leur production de <i>Don Pasquale</i> à Glyndebourne dans les bonus des Blu-ray et DVD.Mariame Clément, elle-même, parle du décor giratoire astucieux qu'elle a imaginé avec son imaginative complice Julia Hansen comme d'une "boîte à bijoux". Le plateau tournant est ceint d'un rideau pourpre circulaire qui s'ouvre de façon à transformer la scène en une sorte de bonbonnière. L'Ouverture est un joyau : l'intrigant personnage de Malatesta apparaît de dos dans une pénombre qui donne le ton d'une comédie qui ne se limitera pas au genre. Cet avatar du Valmont des Liaisons dangereuses va d'abord jouer les passe-murailles dans toutes les pièces de la demeure assoupie de Pasquale : armoire, baignoire et même miroir s'ouvriront à lui dans un kaléidoscope scénique irrésistible. En six minutes, voilà le spectateur embarqué illico à la suite de l'étrange docteur des âmes. De plus, ce virtuose carrousel scénique préfigure fort judicieusement le ballet des sentiments qui va agiter tous les protagonistes. C'est le petit matin, ces derniers se réveillent, et l'action proprement dite peut commencer.

 

Nikolay Borchev (Malatesta) et Alessandro Corbelli (Don Pasquale) dans <i>Don Pasquale</i> à Glyndebourne en 2013.

 

Aucun personnage ne sera négligé par le regard affûté de Mariame Clément : les fils tendus entre Pasquale et Norina, entre Ernesto et Pasquale, entre Ernesto et Norina, mais aussi ce lien plus troublant entre Norina et Malatesta. La lecture du finale de l'Acte II dans la baignoire est à cet égard un modèle de délicatesse ambiguë. Même la servante, très présente elle aussi dans cette approche, aura droit à ses accès de blues. Nous faire croire à la trajectoire de personnages qui jusque-là n'avaient, sauf oubli, jamais dépassé le statut de marionnettes, n'est pas le moindre mérite de la metteur en scène, aussi à l'aise avec la mécanique millimétrée d'un rire toujours classieux - on entend le public s'esclaffer à plus d'une reprise -, qu'avec l'impromptu de la mélancolie.

 

<i>Don Pasquale</i> mis en scène par Mariame Clément à Glyndebourne - Julia Hansen, designer.

 

Le spectacle affiche un chic visuel jamais pris en défaut, qui propulse l'œuvre à une hauteur esthétique inespérée. Les papiers peints des intérieurs, précurseurs de ceux du superbe Chevalier à la rose de Richard Jones trois ans plus tard dans le même lieu, dialoguent en un subtil second degré avec les costumes et les états d'âme. Le sublime ciel à la Watteau du final de l'Acte III achève de transporter dans le fantasme d'un XVIIIe qui atteste de la même aisance de Mariame Clément à arpenter les décors de jadis, que ceux plus contemporains. La petite réserve que l'on pourrait exprimer concerne l'ultime image : on s'attendait à ce que, sur le mode "la boucle est bouclée", la boîte se referme comme elle s'était ouverte. Sur Malatesta, par exemple : qui est-il au juste ?  Que va-t-il devenir à présent ? Mariame Clément a choisi, au contraire, d'imprimer la rétine avec son ciel de nuages baroques et d'y donner à voir le destin de tous les personnages à la fois sur un fond frénétique d'éventails. On peut saisir au vol le "chut !" que Malatesta confie d'un doigt sur les lèvres à sa sœur avant qu'elle ne se réfugie enfin dans les bras d'Ernesto, mais il faut faire vite… Introduit avec Malatesta, le spectacle se clôt sur une attention portée à tous, ce qui s'avère également logique.

 

Danielle de Niese (Norina) dans <i>Don Pasquale</i> mis en scène par Mariame Clément.

 

Des costumes, en totale osmose avec le propos, aussi fouillés que très seyants, apportent sensualité et humour dans le tourbillon de cette folle journée. Même de savoureux accessoires posés là nous parlent : tableaux, cheval de bois, lai de papier décollé… Les lumières de Bernd Purkrabek varient subtilement entre éblouissement matinal, crépuscule tombant et pénombre d'alcôves. Les couleurs sont signifiantes, et tout est juste, délicat et même enchanteur dans ce travail d'orfèvre. Dès que le spectacle prend fin, se manifeste l'envie de remonter dans le manège, pour y revoir telle merveille ou y déceler quelque indice qui aurait échappé à la vigilance du regard. Avouons que ce n'est pas si courant !

Alessandro Corbelli interprète le rôle-titre de <i>Don Pasquale</i>.On se dit aussi que, dans de telles conditions, le métier de chanteur peut être merveilleux. Le quintette vocal réuni à Glyndebourne est épatant. On n'a guère envie de chercher noise à cette Reri Grist de notre temps qu'est la Norina de Danielle de Niese. Virtuosité, abattage, charme fou chez la chanteuse comme chez l'actrice : elle est le personnage. La voir manier la plume d'oie, ou assommer de marguerites jaunes son vieil époux avant de briser le vase qui les contenait, sont de purs délices. Un vrai cadeau pour un metteur en scène, assurément.
Pour son quatrième Don Pasquale, Alessandro Corbelli est tout aussi convaincant dans la comédie cruelle que dans l'intense charivari du cœur qu'illustre l'abysse mélancolique du Prélude de l'Acte II façon Dirk Bogarde de Mort à Venise.
Le Malatesta roué, et parfaitement chantant et agile de Nikolay Borchev, très exposé par la mise en scène, est une révélation. Alek Shrader, physique et voix à l'unisson, complète l'idéal ensemble. James Platt est un notaire sans histoire. Mais il faut vraiment mentionner ici la servante d'Anna-Marie Sullivan qui, sans émettre une note, est hilarante à plus d'un endroit. On guette les nombreuses apparitions de cette vestale domestique avec le même intérêt que celui porté aux chanteurs.
Le merveilleux Chœur du Festival de Glyndebourne, lui aussi très gâté, existe pleinement malgré la brièveté de ses interventions.

Enrique Mazzola parle de son approche de <i>Don Pasquale</i> dans les bonus des Blu-ray et DVD édités par Opus Arte.

En totale connivence, Enrique Mazzola s'amuse beaucoup dans ce spectacle où la fosse rit et pleure avec le plateau, entraînant un London Philharmonic enchanté dans l'euphorie, et ne craignant pas d'offrir à la so british Glyndebourne un petit air de Vérone, avec un bis repetita de la virtuose conclusion du duo Malatesta/ Pasquale à l'avant-dernier tableau. Cependant, contrairement à Vérone, l'instant s'intègre parfaitement à la mise en scène.

La captation de Myriam Hoyer est quasi parfaite. Un mince regret, pourtant, au sujet du privilège accordé à une caméra de biais en fin d'Acte II. Tout juste rêverions-nous d'avoir de temps à autre un aperçu du cadre de scène dans son intégralité afin de voir comment la boîte à bijoux du tandem Clément/Hansen s'y intègre.

Il est des opéras qui nous sont révélés par des mises en scène. Ce Don Pasquale de grande classe que Mariame Clément fait naviguer entre Stephen Frears et Luchino Visconti, fait assurément partie des meilleurs exemples que l'on puisse trouver.


Lire le test du DVD Don Pasquale à Glyndebourne



Retrouvez la biographie de Gaetano Donizetti sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Jean-Luc Clairet

Suppléments du Blu-ray

En HD, et en anglais stéréo PCM sans aucun sous-titrage. Mais la très bonne articulation générale permet de ne pas trop souffrir de l'absence de sous-titres :


La soprano Danielle de Niese intervient dans les bonus de <i>Don Pasquale</i> édité en Blu-ray et DVD par Opus Arte.- Behind the Curtain : L'envers du décor tournant imaginé par Mariame Clément donne aussi la parole à Julia Hansen, sa décoratrice. Bribes de répétitions, parsemées d'interventions de chacun des protagonistes de la production. La bonne humeur générale est très communicative. (8’43)
- Danielle de Niese Introduction : La bouillonnante cantatrice se fait hôtesse d'accueil et nous fait pénétrer dans le lieu qui sert aux répétitions. Naviguant d'un partenaire à l'autre, elle nous fait saisir, malgré l'absence de sous-titres, l'osmose générale et le bonheur d'être de cette aventure. (6’56)
- Staging the Opera : Mariame Clément expose sa conception dans ce module qui reprend certaines déclarations déjà entendues dans les précédents. (7’39)
- Photos de la distribution.

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

La constance du bon niveau de détail permet au Blu-ray de bien mieux servir l’aspect visuel de la production que le DVD de ce programme, et la finesse des costumes et des décors s’impose à l’écran. En revanche, certains éclairages paraissent toujours insuffisants et la dynamique globale en souffre. Les contrastes sont variables d’une scène à l’autre, et les contours, bien dessinés dans l’ensemble, pâtissent parfois du manque de lumière.

Son

L’encodage PCM l’emporte là aussi sur le Dolby Digital du DVD de ce Don Pasquale. L’ensemble propose un excellent équilibre entre fosse et scène, et les voix ressortent avec naturel, dynamisme et même brillance. Les forte sont bien définis et la dynamique globale vivifie l’écoute.
Le mixage multicanal, parfaitement équilibré, apporte une vie supplémentaire à la restitution en stéréo. Les voix gagnent en projection au-devant d’un orchestre à la fois plus ample et plus finement défini. Le caisson de basses accentue les contrastes dynamiques avec naturel et apporte une présence presque palpable au registre grave. À l’arrière, les enceintes surround s’expriment avec mesure tout en installant une aération très agréable. Le choix de cette piste s’impose ainsi réellement.

Note technique : 8/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Alek Shrader
Alessandro Corbelli
Danielle de Niese
Don Pasquale
Gaetano Donizetti
Glyndebourne
Julia Hansen
Mariame Clément
Nikolay Borchev

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.