DVD Jaquette de : Don Giovanni (Baden-Baden - 2013)

Distribution

Interprètes
  • Erwin Schrott
    Don Giovanni
  • Anna Netrebko
    Donna Anna
  • Luca Pisaroni
    Leporello
  • Malena Ernman
    Donna Elvira
  • Charles Castronovo
    Don Ottavio
  • Mario Luperi
    Commendatore
  • Katija Dragojevic
    Zerlina
  • Jonathan Lemalu
    Masetto
  • Balthasar-Neumann-Chor
Mise en scène
Philipp Himmelmann
Orchestre
Balthasar-Neumann-Ensemble
Chef d'orchestre
Thomas Hengelbrock
Réalisation
Jérémie Cuvillier
Origine
Festspielhaus Baden-Baden
Année
2013

Informations techniques

Durée
175'
Nombre de disques
2
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Sony Classical
Distributeur
Sony Classical
Date de sortie
06/01/2015

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS Plein débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Français
•  Italien

Don Giovanni (Baden-Baden - 2013) DVD

Note générale : 7/10

Wolfgang Amadeus Mozart

Opéra


Une pléiade d'excellents chanteurs est réunie à Baden-Baden en mai 2013 pour Don Giovanni. Erwin Schrott, Anna Netrebko, Luca Pisaroni, Malena Ernman et Charles Castronovo tiennent les rôles principaux dans la mise en scène de Philipp Himmelmann tandis que dans la fosse, Thomas Hengelbrock dirige le Balthasar-Neummann-Ensemble. Cette production est disponible en Blu-ray et DVD chez Sony Classical.

Malena Ernman (Donna Elvira), Charles Castronovo (Don Ottavio) et Anna Netrebko (Donna Anna) dans <i>Don Giovanni</i>.  © Jochen Klenk

 

Anna Netrebko (Donna Anna) et Charles Castronovo (Don Ottavio) dans <i>Don Giovanni</i> à Baden-Baden en mai 2013.  © Jochen KlenkS'il n'y avait la présence de voix remarquables, plusieurs éléments nous amèneraient à juger assez sévèrement cette production allemande de Don Giovanni. Le premier tient aux deux coupures opérées : "Dalla sua pace" attribué à Don Ottavio à l'Acte I, et l'aria "Mi tradi quel'alma ingrata" d'Elvira à l'Acte II. Doit-on sacrifier ces parties sous prétexte d'allégeance à l’authenticité musicologique de la création de l'ouvrage, Mozart les ayant composées l'année suivante pour Vienne ? Selon nous, cette amputation visant le retour aux sources enlève plus qu'elle n'apporte d'équilibre à la restitution globale de l'opéra, Don Ottavio étant un rôle particulièrement court.
Le second élément d'insatisfaction découle de la mise en scène de Philipp Himmelmann. D'un simplisme surprenant, les chanteurs semblent laissés à eux-mêmes. Si Leporello et Don Giovanni s'en tirent plutôt bien, la teneur théâtrale de leur rôle les aidant sans doute en cela en même temps que leur expérience propre acquise au fil des productions, tous les autres interprètes en sont réduits à de la presque figuration dans leurs déplacements et leur expression gestuelle. Mais il est vrai, à leur décharge, qu'un décor quasi unique – un arbre mort au premier plan d'un fond plat tacheté et quelques chaises -, décor d'une platitude totale et sans aucun signifiant, ne saurait ni inciter les chanteurs à l'incarnation de leur personnage ni provoquer chez le spectateur autre chose qu'une profonde lassitude visuelle. Pour couronner le tout, les costumes modernes de cette actualisation de l’œuvre ne sont pas plus intéressants que signifiants. La noirceur du personnage de Don Giovanni reflétée dans un ensemble vestimentaire tout aussi noir : quelle trouvaille ! Est-ce pour la même raison que tout est aussi sombre ? Heureusement, il y a les voix…

 

Luca Pisaroni interprète le rôle de Leporello dans <i>Don Giovanni</i> à Baden-Baden en mai 2013.

 

Anna Netrebko (Donna Anna) et Erwin Schrott (Don Giovanni) mis en scène par Philipp Himmelmann à Baden-Baden.  © Jochen KlenkErwin Schrott, dans le rôle-titre, s'en tire si bien qu'il semble même trop à son aise : négligence des attitudes et je-m'en-foutisme permanent trouvent un écho vocal dans des parties redoutables projetées comme si de rien n'était. Pour preuve, le "Finch'han dal vino" de l'Acte I d'une aisance confondante. De fait, on aurait souhaité davantage de poids et de constance dans la construction de ce riche personnage… Comme cela arrive parfois au sein des grandes distributions, un rôle secondaire nous réjouit davantage et même, vole la vedette à Don Giovanni : le Leporello de Luca Pisaroni, qui s'imposera de la même façon à l’applaudimètre final. Un succès parfaitement justifié car, sous ses allures d'étudiant dégingandé au pantalon trop court, portant des chaussettes jaunes et une veste à carreaux, ce Leporello adopte des allures de Tati pervers, que son maître a entièrement corrompu. Il en incarne le double encore plus malsain, traînant derrière lui une valise à roulettes contenant les albums photos des conquêtes de son maître et des sachets d'Ecstasy. Avec son iPhone collé à la main, il filme non seulement les frasques de Don Giovanni, mais aussi ses meurtres. Une lueur d'espoir apparaîtra à la toute fin de l’œuvre lorsqu'il jettera, feuillet après feuillet, le contenu des albums photos dans la tombe de Don Giovanni creusée à même le sol.
Le Don Ottavio de Charles Castronovo apporte beaucoup de tenue et de nuances à un personnage peu gâté sur le plan musical et souvent falot à la scène. Jonathan Lemalu fait de Masetto une espèce de brute machiste adepte des solutions brutales. Son chant brut de décoffrage accompagne cette vision des choses. Quant à Mario Luperi, il chante un Commendatore tout à fait honorable.

 

Katija Dragojevic (Zerlina) et Jonathan Lemalu (Masetto) dans <i>Don Giovanni</i> mis en scène par Philipp Himmelmann.

 

Les rôles féminins forment une belle trilogie vocale : Anna Netrebko produit une Donna Anna plutôt sévère, bien en voix, mais par moments un peu tendue, en tout cas moins à l'aise qu'il y a quelques années. Malena Ernman assoit une Donna Elvira en proie aux incertitudes que développe en elle Don Giovanni. Son chant est passionnel et parfois un peu hystérique. Enfin, Katija Dragojevic campe d'une voix légère et nuancée une Zerlina quelque peu frivole et consciente de ces agissements.

 

Erwin Schrott dans la scène finale de <i>Don Giovanni</i> à Baden-Baden en 2013.

 

Thomas Hengelbrock dirige sans trop de rapidité le Balthasar-Neumann-Ensemble, dont les instruments d'époque, en particulier les vents et cuivres, s'avèrent très agréables à l'écoute. La scène du Commandeur au dernier Acte montrera la puissante dynamique que peut produire l'ensemble. Mais on notera un déséquilibre de puissance entre la fosse et les voix. Défaut du mixage stéréo ?

Ce n'est certes pas pour sa mise en scène, en dépit de quelques idées, que nous pourrons nous attacher à ce Don Giovanni de Baden-Baden. En revanche, du côté des voix, le contrat est rempli au sein d'une distribution prestigieuse mais toujours cohérente.

 

Applaudissements pour <i>Don Giovanni</i> au festival de Baden-Baden en mai 2013.

 

À noter : L'Acte I est proposé sur le DVD 1 (89’50) ; L'Acte II sur le disque 2 (84’59).

Lire le test du Blu-ray Don Giovanni avec Erwin Schrott à Baden-Baden

Retrouvez la biographie de Wolfgang Amadeus Mozart sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du DVD

Aucun, et c’est fort dommage !

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

La dominante bleue très présente pendant toute une partie de l’Acte I est globalement bien rendue. Par la suite, les ambiances plus chaudes sont équilibrées et passent tout aussi bien. Les contrastes sont satisfaisants, sauf dans les scènes sombres qui ont tendance à aplatir le visionnage. La précision des contours et le niveau de détail séduisent sur les plans rapprochés, mais les vues générales manquent cruellement de définition.

Son

La piste stéréo dispense un niveau général de puissance un peu bas, ce qui incite à augmenter le volume par rapport à une écoute habituelle. De plus, voix et orchestre se disputent malheureusement la préséance, ce qui a pour effet de déstabiliser parfois l’écoute et aboutit à un déséquilibre au profit de la fosse quand on attend le contraire. Une impression de lointain caractérise en outre cette écoute, et les récitatifs, par exemple, manquent parfois de relief. La dynamique, en revanche, est satisfaisante.
Le mixage multicanal encodé au mieux des possibilités du support DVD en matière de son – le DTS plein débit -, rééquilibre les forces en présence et permet aux chanteurs de bénéficier d’une bien meilleure projection sans pour autant pénaliser l’orchestre, lequel s’épanouit latéralement avec des timbres riches et des attaques nettes. Le caisson de graves apporte ses basses rondes et donne du corps à l’ensemble, tandis que les enceintes arrière, discrètement intégrées, apportent une légère aération à la restitution. On conserve néanmoins ici un sentiment de lointain, ce qui n’est pas illogique si l’on se situe tel un spectateur placé à distance de la scène. C’est donc davantage le naturel que vise cette prise de son, y compris lorsqu'elle diffuse de nombreux bruits de plateau. Globalement, la dynamique se montre bien plus étendue qu’avec la piste stéréo.

Note technique : 7/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Anna Netrebko
Balthasar-Neumann-Ensemble
Charles Castronovo
Don Giovanni
Erwin Schrott
Festspielhaus Baden-Baden
Jonathan Lemalu
Luca Pisaroni
Malena Ernman
Philipp Himmelmann
Thomas Hengelbrock

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.