DVD Jaquette de : Ciboulette (Opéra Comique - 2013)

Distribution

Interprètes
  • Julie Fuchs
    Ciboulette
  • Jean-François Lapointe
    Duparquet
  • Julien Behr
    Antonin
  • Eva Ganizate
    Zénobie
  • Ronan Debois
    Roger
  • Cécile Achille
    Françoise
  • Jean-Claude Saragosse
    Monsieur Grenu
  • Guillemette Laurens
    Madame Grenu
  • Patrick Kabongo Mubenga
    Auguste, Victor
  • François Rougier
    Le Patron, le Maire
  • Safir Belhoul
    Grisard
  • Bernadette Lafont
    Madame Pingret
  • Michel Fau
    La Comtesse de Castiglione
  • Jérôme Deschamps
    Le Directeur d'Opéra
  • Chœur Accentus
Mise en scène
Michel Fau
Orchestre
Orchestre Symphonique de l'Opéra de Toulon
Chef d'orchestre
Laurence Equilbey
Réalisation
François Roussillon
Origine
Opéra Comique, Paris
Année
2013

Informations techniques

Durée
145'
Nombre de disques
2
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
FRA Musica
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
21/10/2014

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS mi-débit
Stéréo DD
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Italien

Ciboulette (Opéra Comique - 2013) DVD

Tutti ovation

Note générale : 10/10

Reynaldo Hahn

Opéra


Ciboulette, l'opérette de Reynaldo Hahn, sera reprise en 2015 à l'Opéra Comique. Mais, auparavant, Fra Musica nous propose en Blu-ray et DVD la captation de François Roussillon réalisée en février 2013. L'occasion de retrouver dans cette production mise en scène par Michel Fau des chanteurs parfaitement distribués, en tête desquels Julie Fuchs, Jean-François Lapointe, Julien Behr et le chœur Accentus. Laurence Equilbey dirige l'Orchestre Symphonique de l'Opéra de Toulon.

 

Guillemette Laurens, Julien Behr, Julie Fuchs et Jean-Claude Saragosse dans <i>Ciboulette</i>.  © Elisabeth Carecchio

 

Ciboulette est une opérette, mais il serait pourtant injuste d'y voir seulement légèreté et superficialité car, au-delà des airs entraînants et des dialogues cocasses, s'exprime une vraie nostalgie, parfois de la mélancolie et de forts sentiments humains qui soutiennent l'ensemble jusqu'à éveiller chez le spectateur une véritable empathie envers ce qui est exprimé sur scène.
À sa création au Théâtre des Variétés le 7 avril 1923, son compositeur Reynaldo Hahn était du reste connu pour ses œuvres dites “sérieuses” et non pour un genre léger dans lequel nombre de critiques se plaisent à l'enfermer aujourd'hui encore.

Il suffit pourtant d'entendre le raffinement musical de Ciboulette pour se convaincre des qualités musicales de son auteur, au-delà d'un genre particulier et clivant. L'écriture vocale, tout d'abord, permet aux chanteurs de s'appuyer sur des lignes mélodiques parfaitement structurées, ce qui ne prétend nullement qu'elles soient faciles à chanter. Le traitement choral n'est pas sans rappeler parfois celui du Saint-Saëns de Samson et Dalila, et la finesse de l'orchestration surprend l'oreille à de nombreuses reprises lorsqu'elle accompagne la simplicité d'une ligne de chant par une superbe sophistication émanant de la fosse. De même, il n'est pas un épisode humoristique sans contrepoint dramatique ou tout simplement humain qui lui succède immédiatement, emportant le spectateur dans une dimension autre chargée de profondeur. Et ce double aspect est parfaitement mis en scène par Michel Fau. Enfin, Ciboulette exige de vrais bons chanteurs qui soient à la fois comédiens accomplis et se sentent aussi à l'aise dans le chant que dans un langage parlé tantôt humoristique ou décalé, tantôt simplement humain.

 

Eva Ganizate (Zénobie), Julien Behr (Antonin) et Renan Debois (Roger) dans <i>Ciboulette</i> de Reynaldo Hahn.  © Elisabeth Carecchio

 

Julie Fuchs (Ciboulette) et Julien Behr (Antonin).  © Elisabeth CarecchioOr il se trouve que la distribution réunie par l'Opéra Comique répond globalement aux exigences d'une œuvre qui contient de nombreuses difficultés musicales derrière l'apparente facilité…
La soprano Julie Fuchs, dans le rôle-titre, donne toute la mesure de son incroyable talent scénique. Son aisance à communiquer une large gamme de sentiments aussi bien par le chant que par le jeu donne vie à la jeune maraîchère avec un naturel confondant. Mais c'est aussi son art de la nuance vocale qui séduit. Pas une seule note qui ne soit en place, un remarquable sens du chant, des aigus triomphants ou filés portés par une parfaite maîtrise du souffle, y compris lorsque la mise en scène l'amène à bouger… Tout cela au service d'un personnage attachant, souvent moteur de la troupe, et toujours très humain. Les gros plans montrent en outre un visage dont les expressions varient au fil des mots, comme dans cette scène qui la place face à Madame Pingret (délicieuse Bernadette Lafont), laquelle lui prédit les événements incroyables qui doivent advenir et changer sa vie amoureuse.

Face à la Ciboulette énergique et nuancée de Julie Fuchs, Julien Behr joue un Antonin romantique en diable, touchant dans sa gaucherie en même temps que parfois agaçant dans ses changements d'humeurs. La performance à saluer tient ici avant tout dans les contrastes d'énergie du personnage, qu'il chante ou qu'il parle. À la Scène V du Deuxième Tableau, au côté de Ciboulette, il doit naviguer à plusieurs reprises entre désespoir et surexcitation avant de se lancer dans une mélodie (“Les parents, quand on est bébé, tout défendent…”) où chaque mot est en soi une difficulté d'articulation. Le ténor prête vie à un personnage doué d'aspérités romantiques et le couple de scène formé avec Julie Fuchs nous enthousiasme.

Jean-François Lapointe (Duparquet) et Julie Fuchs (Ciboulette).  © E. CarecchioFigure paternelle du spectacle, le rôle de Duparquet est magnifiquement servi par le baryton Jean-François Lapointe. L'humanité du personnage transparaît là aussi autant dans le timbre magnifique du chanteur que lorsqu'il dit. À la fin de l'Acte II, alors que Ciboulette a congédié Antonin, le croyant toujours amoureux de la cocotte Zénobie, Duparquet évoque son passé par le biais d'un texte superbe que le chanteur interprète avec une absolue sincérité, soutenu par l'orchestre qui s'accorde au diapason de ce moment rempli de poésie.
Mais avant cela, dès l'Acte I, à la Scène IV du Premier Tableau, la première intervention de Duparquet, “Bien des jeunes gens ont vingt ans”, installe l'aura du personnage et les qualités de son interprète au travers d'une splendide mélodie au texte puissamment évocateur. Qui, après ce moment d'émotion idéalement soutenu visuellement par la splendide harmonie de bleu et de gris proposée à l'image, pourrait prétendre que Reynaldo Hahn est un compositeur superficiel ? Nous sommes là dans la même veine de sensibilité que A Chloris ou La chère blessure.

Parlant d'images, il faut ici souligner la justesse de la captation de ce spectacle. Non seulement la géographie de la scène est toujours clairement lisible, ce qui permet au spectateur de ne jamais être perdu sur le plateau au détour d'un cadrage hasardeux, mais ce que nous voyons est tellement lié à la musique et à l'expression des chanteurs, que la réalisation de François Roussillon semble respirer avec tout ce qui vit sur scène et dans la fosse. Le spectacle vivant est certes fait pour être vu dans un théâtre, mais reconnaissons qu'une telle réalisation fait de nous un spectateur privilégié, assis au plus près des émotions.

 

Jérôme Deschamps (le Directeur d’Opéra) et Michel Fau (la Comtesse de Castiglione) dans <i>Ciboulette</i>.  © Elisabeth Carecchio

 

Ciboulette donne la part belle à de nombreux rôles dits “secondaires” mais primordiaux dans le déroulement dans l'histoire. La coquette Zénobie est campée par une Eva Ganizate parfaite. À ses côtés, Ronan Debois campe un capitaine des hussards haut en couleur. À ce couple d'opérette, Reynaldo Hahn confie une citation du Manon de Massenet, qui avait été son professeur… On remarquera aussi l'impayable couple de paysans, Madame et Monsieur Grenu, tenus par Guillemette Laurent et Jean-Claude Saragosse, figures connues de la musique baroque embarquées dans cette Ciboulette avec jubilation. Parmi d'autres rôles parfaitement tenus, on retiendra la présence de Bernadette Lafont qui apporte à la poissonnière Madame Pingret toute sa verve et son humanité, celle de Michel Fau, metteur en scène du spectacle dans le rôle d'une superlative Comtesse de Castiglione, et celle de Jérôme Deschamps, Directeur de l'Opéra Comique en improbable directeur d'opéra. Le chœur Accentus, comme d'habitude, est aussi habile sur le plan musical qu'il sait se fondre avec cohérence dans une mise en scène.

 

Safir Behloul (Grisard), Julie Fuchs (Ciboulette) et Bernadette Lafont (Madame Pingret) dans <i>Ciboulette</i>.  © Elisabeth Carecchio

 

Or la mise en scène de Michel Fau respire l'amour des chanteurs, et l'on sent dans ce travail une direction d'acteurs qui structure toutes les scènes. Le contour de chaque personnage est formidablement dessiné et le jeu entre les chanteurs se hisse à un niveau de spontanéité qui force le respect. Que de travail pour atteindre une telle fluidité et ce naturel sans lequel une œuvre comme Ciboulette ne saurait pleinement convaincre, ou en tout cas nous réjouir et nous émouvoir ! Tout est musical dans ce que nous voyons, les entrées et sorties de scènes, la gestuelle, les regards, l'interaction entre les chanteurs et les chœurs, et même les changements de décors à vue. Tout juste regretterons-nous cet élément de décor descendant des cintres lorsque Duparquet dit à Ciboulette son amour pour Mimi, car l'effet parasite l'intensité de jeu de Jean-François Lapointe. Peut-être aussi que, face au décalage représenté par la Comtesse de Castiglione, un directeur d'opéra moins fantasque aurait constitué un contrepoint plus efficace. Mais c'est là bien peu de choses au vu de cette mise en scène qui distille un charme exquis.

Dans la fosse, enfin, Laurence Equilbey dirige avec précision l'Orchestre Symphonique de l'Opéra de Toulon, soutient parfaitement les voix et développe avec subtilité l'orchestration experte et parfois surprenante de Reynaldo Hahn.

Il est rare de visionner un spectacle musical où tous les talents semblent à ce point concourir à une même réussite. Cette captation affiche une sorte de motivation, peut-être même une ferveur, que l'on sent circuler entre tous les intervenants. Serait-ce cela, l'esprit de troupe ? C'est en tout cas un des éléments qui concourent à faire de cette Ciboulette le spectacle à voir toutes affaires cessantes.

Applaudissements nourris pour <i>Ciboulette</i> à l'Opéra Comique en février 2013.

 

À noter :
- Un élégant digibook accueille les 2 DVD et un joli livret de 32 pages imprimé en couleurs sur un beau papier. Il propose en français, anglais et allemand, une intéressante introduction à l'œuvre, le synopsis, et les paroles des deux airs repris par le public de l'Opéra Comique. L'ensemble est illustré par de belles photos de la production. Ce livret nous rappelle en outre avec discrétion la disparition de Bernadette Lafont (Madame Pingret) et d'Eva Ganizate (Zénobie).
- Le DVD 1 contient l'Acte I de Ciboulette (62'31) et le documentaire ; le disque 2 contient les Actes II et III (82'31).
- La totalité des dialogues français est sous-titrée en anglais, allemand, espagnol et italien. Seules les parties chantées sont sous-titrées en français.


Lire le test du Blu-ray Ciboulette de Reynaldo Hahn à l'Opéra Comique

Suppléments du DVD

Agnès Terrier, Dramaturge de l'Opéra Comique.En français stéréo DD, avec des sous-titres anglais, allemands, espagnols et italiens :


- Également réalisés par François Roussillon, des entretiens avec Agnès Terrier, dramaturge de l'Opéra Comique, la chef d'orchestre Laurence Equilbey, Jérôme Deschamps, Directeur de l'Opéra Comique, Michel Fau, metteur en scène de cette production et la soprano Julie Fuchs constituent une introduction très complète à Ciboulette. Sont abordés ici avec clarté aussi bien les origines de l'Opérette que divers axes historiques qui permettent autant de comprendre le contexte de la création que la place de Reynaldo Hahn parmi ses contemporains. Le metteur en scène Michel Fau.
Les principaux artisans de la production nous font part de leur point de vue sur l'œuvre et exposent quelques-uns de leurs choix.


Le montage des propos est fluide et l'ensemble parfaitement construit se regarde avec un indiscutable intérêt, en particulier grâce à l'apport érudit mais pédagogique d'Agnès Terrier et aux témoignages spontanés et sensibles de Julie Fuchs et Michel Fau, lequel parvient en quelques phrases à nous faire partager sa passion des artistes. (31')

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Le master d'origine HD délivre sur DVD de fort belles qualités de colorimétrie et de contraste. Le niveau de détail est globalement très satisfaisant sur les gros plans particulièrement riches, mais la précision se dilue naturellement sur les plans généraux en raison de la limite du support. Pour un important gain de définition, il faudra donc se tourner vers le splendide Blu-ray de ce programme. Ceci étant, le DVD affiche en l'état de très beaux plans, et les teintes sont si subtiles que le regard s'en délecte. Par ailleurs, les expressions des interprètes superbement captées sont parfaitement préservées.

Son

La piste stéréo habite totalement la scène avant par un équilibre bien négocié entre voix et orchestre. La dynamique générale est importante et la restitution bien timbrée. L'encodage Dolby Digital aboutit parfois à des sonorités quelque peu criardes, mais ce choix éditorial permet à la piste multicanale de bénéficier d'un traitement qualitatif.
Le mixage 5.1, encodé en DTS mi-débit, se révèle bien plus à même de respecter les timbres et de véhiculer les harmoniques. L'adjonction du caisson de graves apporte une présence bienvenue aux basses, tant elles structurent le message musical. Les enceintes surround permettent à l'arrière une diffusion ambiantale des plus recommandables, et la scène avant se développe latéralement et en profondeur, ce qui permet de gagner une évidente présence des voix et de l'orchestre. On ne peut concurrencer ici la maestria du DTS HD Master Audio, mais il est l'apanage du Blu-ray de cette captation.

Note technique : 9/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Accentus
Ciboulette
Eva Ganizate
François Roussillon
Jean-François Lapointe
Julie Fuchs
Julien Behr
Laurence Equilbey
Michel Fau
Opéra Comique
Reynaldo Hahn
Ronan Debois

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.