Blu-ray Jaquette de : Christian Thielemann dirige Faust (Liszt - Wagner)

Distribution

Interprètes
  • Endrik Wottrich
    Tenor
  • Sächsischer Staatsopernchor Dresden
Orchestre
Staatskapelle Dresden
Chef d'orchestre
Christian Thielemann
Réalisation
Tilo Krause
Origine
Dresde, SemperOper
Année
2011

Informations techniques

Durée
90'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
C Major
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
10/11/2011

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Chinois
•  Coréens
•  Espagnol
•  Français
•  Japonais

Christian Thielemann dirige Faust (Liszt - Wagner) Blu-ray

Ouverture de Faust - Faust Symphonie

Tutti ovation

Note générale : 10/10

Richard Wagner  - Franz Liszt

Concert


L'orchestre de la Staatskapelle de Dresde commémore le 200e anniversaire de la naissance de Franz Liszt en proposant non seulement une splendide Faust Symphonie, mais aussi l'Ouverture de Faust de Wagner. Christian Thielemann dirige ce concert à découvrir de toute urgence pour la rare leçon de musique qu'il constitue. Cette captation réalisée au SemperOper de Dresde en février 2011 est disponible en Blu-ray et DVD chez C Major.

Christian Thielemann et la Staatskapelle de Dresde en février 2011 applaudis sur la scène du SemperOper. © Matthias Creutziger

 

Il serait injuste de ne pas saluer tout d'abord la qualité de la mise en images de ce magnifique concert réalisée par Tilo Krause. Qualité qui ajoute, à elle seule, au confort d’écoute de façon plus qu’appréciable. Le spectateur se trouve immergé dans l’orchestre et accède à une lecture particulièrement agréable du jeu, sans être ni dérangé dans sa concentration ni distrait par un plan inapproprié.

Christian Thielemann à Dresde en février 2011. © Matthias CreutzigerLe programme débute sur une moelleuse Ouverture de Faust de Wagner. Peu jouée en France, elle figure régulièrement à l’affiche des concerts en Allemagne… Avec le concours de la précieuse Staatskapelle de Dresde, on appréciera les accents du jeune Wagner encore sous le charme de Weber, bien que déjà au-delà de l'influence, ou conquis par un Mendelssohn dont on retrouve ici la merveilleuse transparence orchestrale. Mais, déjà, les accents de Tannhäuser ou du Vaisseau fantôme se font entendre et annoncent le génie fulgurant prêt à s’imposer en Europe, et pour longtemps ! À ce stade notre oreille est déjà frappée par la merveilleuse cohésion sonore de la Staatskapelle de Dresde. Certes Thielemann insuffle-t-il une énergie et une vivacité évidentes, mais l’orchestre à lui seul nous régale d’une lecture musicale superlative.

Christian Thielemann, le ténor Endrik Wottrich, la Staatskapelle de Dresde et le Sächsischer Staatsopernchor. © Matthias Creutziger

 

Puis vient la pièce majeure de ce concert : la Faust Symphonie de Liszt.
Le premier mouvement - Faust - et le plus long de l’ouvrage, impressionne par son élaboration. Dès lors, une lecture sans vie et privée de sens, voire d'une conception générale, nous plongerait dans l’ennui, tant les thèmes qui le traversent sont les fruits d'une écriture complexe. Mais nous sommes rapidement conquis par l'immense souffle romantique qui domine les presque trente minutes qui composent l’Allegro initial, et ce dès l’attaque du mouvement. Là encore, Christian Thielemann, conscient de disposer de l’engagement de chacun des musiciens qu'il dirige, sait aussi obtenir avec aisance l'expression de chacune de ses intentions interprétatives et parvient même à les transcender. La Staatskapelle de Dresde se montre constamment inspirée et les instrumentistes rivalisent de beauté sonore et d’intelligence musicale.
Gretchen, le mouvement central, sommet poétique et - sans qu’il y paraisse - sommet virtuose de la partition en raison de l’orchestration rutilante de Liszt, devient ici pure incandescence. C'est là tout autant le résultat du travail respectif des pupitres de l’orchestre que l'aboutissement des intentions délicates, précises et parfois extatiques de Thielemann. Bonheur musical à elles seules, les pages "chambristes" rivalisent de beauté sonore et de tendresse.
Le splendide dernier mouvement de cette Faust Symphonie, Mephistopheles, est une page remarquable à plus d’un titre dans la mesure où elle allie la virtuosité d’écriture, capricieuse et ironique dans sa première partie, à un Andante mistico final en apothéose digne des plus belles pages de l’Histoire de la Symphonie romantique.

 

Christian Thielemann dirige Wagner et Liszt à Dresde en février 2011. © Matthias Creutziger

 

Christian Thielemann à la tête de la fameuse Staatskapelle de Dresde atteint une forme d'apogée. Non seulement à travers sa lecture du final de la Faust Symphonie, mais tout autant par le bonheur d'une association qui nous donne à entendre et à voir tant d’harmonie. Plus que jamais l’orchestre rivalise d’homogénéité, de sonorités compactes et pleines comme on ne les entend nulle part ailleurs. L'orchestre tout entier n’est qu’un instrument au service de la partition. Et si le chef participe à cet accomplissement par sa propre lecture, sa gestique et une présence dont le dynamisme et la cohérence paraissent évidents, il en est de même pour chaque musicien qui avance dans un axe collectif, fondateur de la nature même de l’orchestre et du jeu. Chaque pupitre est à l’écoute de l’autre, et c'est sans doute ce qui fait souvent dire de la Staatskapelle de Dresde qu'elle est l'un des meilleurs orchestres du monde. Quel régal que cette beauté naturelle et simple émanant des pupitres et qu’aucune affectation ou subterfuge dramatique ne vient troubler. Le son est vif, puissant, transparent, clair et éclaboussé de lumière à la fin de la Faust Symphonie, sans que jamais aucune rupture de ton ne vienne troubler le jeu. Pour autant émotion et richesse expressive ne sont nullement laissées de côté avec cette délicatesse qui évite de souligner un alignement de singularités, fût-il remarquable en soi.

Endrik Wottrich, ténor soliste du final de la Faust Symphonie, se montre convainquant, engagé et altier, même s'il est permis de regretter les inflexions quelque peu engorgées de son timbre. De même, on pourrait craindre que le chœur d’hommes du SemperOper de Dresde, au vu de son effectif relativement restreint, faillisse à sa tache. Mais nous nous trouvons stupéfaits par la puissance de son chant et par ses redoutables crescendos. Associons alors la qualité de sa prestation au faste musical de cette célébration du bicentenaire de la naissance de Franz Liszt, devenu de fait, élément indispensable à toute vidéothèque classique !



À noter : Pas de menu d'accueil sur ce Blu-ray. Le programme démarre dès l'insertion du disque. Il faudra passer par le menu pop-up pour accéder à la sélection de la piste sonore et des sous-titres, ainsi qu'aux bandes-annonces.

Lire la critique du DVD Faust Symphonie par Christian Thielemann 

Gilles Delatronchette

Suppléments du Blu-ray

En HD : 6 bandes-annonces. (Stéréo PCM)

 

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

Cette captation fort bien réalisée par Tilo Krause offre un rendu de toute beauté valorisé par le support Blu-ray. Les couleurs très naturelles s'affichent et profitent de la précision des contours et de contrastes appréciables. Les instruments de musique affichent leur texture de très belle façon avec un détail réjouissant, et la luminosité est parfaitement dosée.

Son

La piste stéréo, ouverte et dynamique, propose une très bonne séparation, un spectre équilibré et des basses assez présentes. Il manque cependant un soupçon de transparence, mais l'ensemble reste d'une redoutable qualité.
Le mixage multicanal surpasse le mix stéréo en apportant cette limpidité qui faisait défaut. Les basses, confiées au canal de graves, se montrent à la fois riches et bien plus rondes, tandis que les cordes bénéficient d'un relief parfait. La scène avant s'ouvre littéralement mais gagne aussi une profondeur spectaculaire tandis que les timbres jaillissent avec naturel vers l'auditeur. Les enceintes surround, savamment mixées, ajoutent à l'aération de l'ensemble et au confort d'écoute.
Le chœur masculin est parfaitement intégré aux deux mixages, et les voix sont chaudes et présentes. On aurait toutefois préféré une proximité supérieure du ténor.

Note technique : 10/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Christian Thielemann
Endrik Wottrich
Faust Symphonie
Franz Liszt
Richard Wagner
Staatskapelle Dresden

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.