DVD Jaquette de : Bruckner : Symphonie No. 5 (Abbado, Lucerne)

Distribution

Interprètes
Orchestre
Lucerne Festival Orchestra
Chef d'orchestre
Claudio Abbado
Réalisation
Michael Beyer
Origine
Concert Hall of KKL, Lucerne
Année
2011

Informations techniques

Durée
81'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Accentus Music
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
12/06/2012

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DD
5.1 DTS mi-débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Aucun

Bruckner : Symphonie No. 5 (Abbado, Lucerne) DVD

Tutti ovation

Note générale : 10/10

Anton Bruckner

Concert


Anton Bruckner est curieusement très peu présent au support vidéo. Aussi retrouve-t-on retrouve avec plaisir Claudio Abbado à la tête du Lucerne Festival Orchestra dans la Symphonie No. 5 du compositeur. Une production à marquer d'une pierre blanche, comme bon nombre des concerts du Maître depuis quelques années, disponible en Blu-ray et DVD chez Accentus Music.

Claudio Abbado dirige la <i>Symphonie No. 5</i> d'Anton Bruckner à Lucerne.  © Accentus Music

 

Claudio Abbado.  © Accentus MusicVoir et entendre Claudio Abbado diriger le Lucerne Festival Orchestra dans la Symphonie No. 5 de Bruckner, unique témoignage filmé avant la version Barenboim avec le Staatskapelle Berlin annoncée également chez Accentus Music, peut provoquer la surprise. En revanche, nous serons peu étonné de voir Abbado se confronter à la difficulté de cette œuvre ardue et hors-norme.

On a souvent souligné le caractère religieux de la Symphonie No. 5, mais son abondance de chorals et de fugues, ainsi qu'une écriture très contrapuntique posent en réalité de nombreux problèmes, non seulement de mise en place mais aussi d'interprétation. Si la mise en place est généralement réussie, l'interprétation que réclame l'œuvre exige des chefs qui jouent simultanément la carte de la précision totale et de l'engagement intellectuel, pour ne pas dire philosophique. Voir uniquement en cette symphonie une structure, une architecture, conduit inévitablement à l'échec car le contenu exempt d'ambiguïté de l’œuvre est négligé. Beaucoup de très grands maîtres ont craint de la jouer, et elle fait partie de ces compositions qui font la différence entre les meilleurs d'entre-eux.

 

Cor du Lucerne Festival Orchestra.  © Accentus Music

Trombones du Lucerne Festival Orchestra.  © Accentus Music

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





Grâce à un orchestre d'exception formé des plus grands solistes réunis pour l'occasion à Lucerne, Claudio Abbado met de son côté tous les atouts d'une réussite magistrale, et réussit le tour de force de faire sonner cette colossale symphonie quasiment comme un jeu de solistes dont l'entente parfaite avec leur conducteur constitue le ciment qui évite la dispersion. Tout en retenue, minimaliste dans ses gestes, Abbado fait surgir la musique aussi naturellement que possible, et cette aisance de communication facilite une espèce d'autogestion de l'orchestre mis en confiance. Un orchestre auquel on n'impose rien mais qui donne tout. Les visages concentrés mais détendus des instrumentistes en font foi. Certains plans captent même des échanges amusés entre musiciens dans le troisième mouvement. Abbado, sans partition, fait sien l’événement sonore et insuffle la foi à son orchestre qui en devient le vecteur.

 

Claudio Abbado dirige le Lucerne Festival Orchestra en août 2011.  © Accentus Music

 

Les impressions de succession par blocs sonores en rupture, les énormes contrastes dynamiques, le poids écrasant des cuivres et les répétitions zébrées des cordes sont autant d'archétypes sonores très fréquemment entendus dans Bruckner avec, à la clé, une appréciation mitigée issue de la lourdeur et de la longueur. La pâte sonore des orchestres germaniques abonde généralement en ce sens, associant l'idée que cette expression symphonique est écrite comme de la musique d'orgue. Il faut une intention différente, emprunter une voie privilégiée que seuls les meilleurs savent pratiquer pour mener l'auditeur sur des chemins autrement balisés que par un ennui soporifique. Le résultat final en devient alors très différent d'un chef à l'autre… Quel fossé, en effet, entre cette Symphonie No. 5 par Claudio Abbado et l'aboutissement opéré par Sergiu Celibidache ! La preuve en est que, si l'intention de base est menée sans appréhension à son terme, les meilleurs chefs obtiennent des merveilles qui nous hissent vers le plaisir total.
Ainsi s'ouvrent à nous des mondes nouveaux en ce concert d'août 2011 à Lucerne. Merci Maestro Abbado !



Lire le test du Blu-ray Symphonie No. 5 de Bruckner dirigée par Claudio Abbado



Retrouvez la biographie d'Anton Bruckner sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du DVD

Quatre bandes-annonces. (Stéréo PCM)

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Ce master d'origine Haute Définition affiche une excellente précision et de superbes détails sur les gros plans mais peine à conserver cette qualité sur les plans larges. Le piqué est satisfaisant même si l'on aurait préféré plus de relief et une luminosité moins en retrait. Mais les couleurs sont assez naturelles et certains contrastes se montrent profonds, soutenus par un noir appuyé véhiculé par les costumes des musiciens.

Son

L'œuvre joue sur de forts écarts de dynamique et il faut reconnaître que la stéréo s'entend à ménager ces puissants contrastes tout en restant très lisible. Les timbres sont assez chauds et la reproduction est parfaitement équilibrée. Cependant, le signal global semble trop contenu par rapport à l'exigence de la partition.

Le mixage multicanal apporte cette respiration indispensable et permet aux instruments de bénéficier d'une bien meilleure projection. La scène avant se déploie et gagne en profondeur, tandis que des basses riches et particulièrement présentes sont diffusées avec maestria par le caisson de graves. Les enceintes arrière, assez sollicitées, ouvrent l'espace et le confort d'écoute devient exceptionnel. La dynamique est également bien plus importante.
L'encodage Dolby Digital renforce quelque peu la projection et accentue une certaine agressivité globale, tandis que le DTS se montre légèrement plus rond et, finalement, plus musical car moins rentre-dedans.

Note technique : 9/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Anton Bruckner
Claudio Abbado
Lucerne Festival Orchestra

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.