Blu-ray Jaquette de : Le Tour d’écrou (Glyndebourne 2011)

Distribution

Interprètes
  • Toby Spence
    Prologue/Peter Quint
  • Miah Persson
    Governess
  • Susan Bickley
    Mrs Grose
  • Giselle Allen
    Miss Jessel
  • Thomas Parfitt
    Miles
  • Joanna Songi
    Flora
Mise en scène
Jonathan Kent
Orchestre
London Philharmonic Orchestra
Chef d'orchestre
Jakub Hrůša
Réalisation
François Roussillon
Origine
Glyndebourne
Année
2011

Informations techniques

Durée
111'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
FRA Musica
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
23/10/2012

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Italien

Le Tour d’écrou (Glyndebourne 2011) Blu-ray

The Turn of the Screw

Tutti ovation

Note générale : 10/10

Benjamin Britten

Opéra


Entre le cinéma d'Alfred Hitchcock et Les Autres d'Alejandro Amenábar, Le Tour d’écrou est sans doute l’un des opéras les plus troublants et fascinants du répertoire, où le fantastique le dispute à une approche psychologique saisissante, magnifiquement adapté de Henry James par Myfanwy Piper et mis en musique par Benjamin Britten. Glyndebourne a invité le metteur en scène Jonathan Kent à en donner une version particulièrement efficiente, captée avec maestria comme un thriller par le réalisateur François Roussillon en août 2011. Miah Persson, Toby Spence et Susan Bickley sont à la tête d'un remarquable casting placé sous la baguette de Jakub Hrůša. Ce programme est édité en Blu-ray et DVD par Fra Musica.

 

Thomas Parfitt (Miles) et Toby Spence (Peter Quint) dans <i>The Turn of the Screw</i> à Glyndebourne.

 

Miah Persson. © Alastair Muir - Glyndebourne Festival Opera 2011Si votre sang ne fait qu’un tour à l’opéra, ce ne sera pas un tour de clef, mais bien un tour d’écrou ! Un opéra troublant, à l’effectif réduit au minimum pour une intimité avec les personnages et une concentration du discours rares…

A l’âge où se construit l’individu, deux adolescents se trouvent pris entre le conformisme d’une vie bourgeoise à l’anglaise et les mystères insondables de l’inconscient humain, peuplé de démons insoupçonnés personnifiés par deux fantômes qui cherchent à les attirer de leur côté… obscur.

Le metteur en scène Jonathan Kent a eu le véritable génie d’exprimer cette frontière ténue et perméable entre conscient (et surmoi par moment) et inconscient par une baie vitrée mobile, prétexte à toutes sortes de passages, d’angles et de reflets, dont les mouvements, les transparences et les changements de perspectives sont idéalement captés par la caméra de François Roussillon. De plans larges en gros plans, les matières s’opposent : bois et tweed "cosy" des intérieurs bourgeois des années 50, environnement aquatiques (lavabo et rivière, encore une transparence d’entre-deux-mondes) dans les scènes impliquant les revenants. Reflets et échos tissent visuellement une série d’indices subtils sans jamais donner aucune clef, à l’image du livret tandis que les tours d’écrous sont symbolisés par des changements à vue rotatifs parfaitement maîtrisés et d’une poésie trouble qui ne fait que renforcer notre perplexité et notre égarement.

 

Joanna Songi (Flora), Susan Bickley (Mrs Grose) et Thomas Parfitt (Miles).  © Alastair Muir - Glyndebourne Festival Opera 2011

 

Seul point d’ancrage, le thème de Benjamin Britten, en douze notes variées en prélude à chaque nouvelle scène, bénéficiant d’une maîtrise de l’orchestration en tout point remarquable. En plus du raffinement instrumental - quels solistes que ceux du London Philharmonic Orchestra ! -, la direction de Jakub Hrůša a su apporter une force, voire même parfois une brutalité assez inédites dans cette œuvre. Brutalité qui sied finalement bien au personnage de Quint et à cette intrigue qui, si on y réfléchit bien, est passablement horrible derrière les vitres policées de cette demeure anglaise.

 

Thomas Parfitt (Miles) et la silhouette de Peter Quint joué par Toby Spence dans <i>The Turn of the Screw</i> à Glyndebourne.

 

Joanna Songi (Flora) et Giselle Allen (Miss Jessel).Vocalement, le resserrement du plateau ne permet aucune erreur et si l’on ne peut que noter un certain déséquilibre entre les deux enfants – la Flora jeune adulte de Joanna Songi, à la voix faite, et le Miles encore très enfantin de Thomas Parfitt malgré une technique et une présence évidentes – l’ensemble se montre globalement très homogène. Toby Spence (Peter Quint) impressionne dès le Prologue par un sens du texte et de la déclamation particulièrement puissants et éloquents, sachant passer du clair à l’obscur  avec une efficacité redoutable, d’où l’efficience de cette brutalité que nous évoquions plus haut.
Miah Persson est quant à elle un peu notre guide dans cette sombre histoire, tant elle nous ressemble, plongée au cœur de cet univers interlope et sordide, sans jamais comprendre vraiment ce qui se joue sous ses yeux, sous nos yeux… En cela, sa prestation offre une maîtrise idoine, mais également une sensibilité qui est la clef de nos cœurs et plus largement du secret de l’implication du public. La Gouvernante de Miah Persson incarne à merveille ce point d’ancrage d’avec le réel, ballottée, mais toujours humaine dans cet univers où l’on s’interroge finalement sur la nature profonde de cette humanité.

 

Applaudissements pour <i>The Turn of the Screw</i> à Glyndebourne. De gauche à droite : Miah Persson, Jakub Hrůša et Thomas Parfitt.

 

Ce Tour d'écrou de Glyndebourne est à la fois une merveille de cohérence entre tous les arts et tous les artistes, mais aussi une réussite autant artistique qu’intellectuelle qui apporte une lisibilité nouvelle et bienvenue à une œuvre superbe mais difficile d’accès, la rendant proprement incontournable.


À noter : Bravo pour la conception du luxueux livret richement illustré qui accompagne ce disque. L'impression sur un très beau papier mat est superbe.


Lire le test du DVD The Turn of the Screw à Glyndebourne



 

Retrouvez la biographie de Britten sur le site de notre partenaire Symphozik.info.

Jean-Claude Lanot

Suppléments du Blu-ray

Jonathan Kent.En HD et en anglais stéréo DD, sous-titré en français, allemand, italien et espagnol :


The Turn of the Screw - A Curious Story et Behind the Drama nous renseignent autant sur les motivations du metteur en scène, que sur sa manière de travailler avec les chanteurs. Les points de vues des interprètes, comme ceux du chef d'orchestre et du décorateur sont présentés de façon informative, ponctués par quelques Instantanés de répétitions ou par de courts extraits du spectacle qui illustrent le propos. Soit deux courts compléments particulièrement riches sur l'approche de l'opéra de Britten à Glyndebourne. (22' au total)

 

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

Le superbe travail sur les éclairages dû à Mark Henderson, comme ses jeux d'ombres et de lumières jouant sur les transparences, sont parfaitement véhiculés par ce master Haute Définition de toute beauté. Les contrastes sont marqués, le piqué remarquable et la colorimétrie aussi juste dans les teintes délicates que les ambiances plus saturées. La précision s'invite à chaque plan et dévoile le détail des matières tandis que les scènes sombres profitent d'un relief qui permet toujours un visionnage aisé. Les projections utilisées dans la mise en scène passent fort bien. En quelque sorte un laisser-passer idéal pour profiter de ce spectacle étonnant de maîtrise et de poésie.

Son

La piste stéréo propose un très bon équilibre entre la fosse et la scène. L'acoustique idéale de Glyndebourne se retrouve dans l'extrême lisibilité des paroles, et la dynamique globale engendre une écoute assez contrastée.
Cependant, le mixage 5.1 apporte une présence bien supérieure à l'ensemble, ainsi qu'une dynamique accrue, d'où une sensation de relief bien plus proche de celle ressentie dans une salle. Les voix sont mieux définies et l'orchestre gagne une richesse de timbres assez remarquable. Le caisson de basses souligne les graves en apportant un relief accru, et les enceintes surround participent à une aération très plaisante à même de rendre l'écoute plus naturelle. Les timbres vocaux et instrumentaux sont en outre splendides.

Note technique : 10/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Benjamin Britten
François Roussillon
Glyndebourne
Jakub Hrusa
Jonathan Kent
Le Tour d'écrou
Miah Persson
Susan Bickley
The Turn of the Screw
Toby Spence

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
La Flûte enchantée par Nikolaus Harnoncourt à Salzbourg - Tutti Ovation
Parsifal Jonas Kaufmann Metropolitan Opera
Mobby Dick de Jake Heggie Tutti Ovation
Requiem Verdi Gustavo Dudamel Tutti Ovation
La Flûte enchantée - Simon Rattle, Robert Carsen
Die Soldaten (Les Soldats) - Zimmermann

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.