DVD Jaquette de : Les Pêcheurs de Perles (Naples, 2012)

Distribution

Interprètes
  • Patrizia Ciofi
    Léïla, prêtresse
  • Dmitry Korchak
    Nadir, chasseur
  • Dario Solari
    Zurga, chef des pêcheurs de perles
  • Roberto Tagliavini
    Nourabad, grand prêtre
  • Coro del Teatro di San Carlo
  • Corpo di Ballo del Teatro di San Carlo
Mise en scène
Fabio Sparvoli
Chorégraphie
Annarita Pasculli
Orchestre
Orchestra del Teatro di San Carlo
Chef d'orchestre
Gabriele Ferro
Réalisation
Davide Mancini
Origine
Teatro San Carlo, Naples
Année
2012

Informations techniques

Durée
118'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
C Major
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
10/11/2014

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS mi-débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Chinois
•  Coréens
•  Espagnol
•  Français

Les Pêcheurs de Perles (Naples, 2012) DVD

Note générale : 7/10

Georges Bizet

Opéra


En octobre 2012, le Teatro di San Carlo de Naples proposait une nouvelle production des Pêcheurs de Perles de Bizet. Patrizia Ciofi, Dmitry Korchak et Dario Solari tenaient les rôles principaux dans une mise en scène de Fabio Sparvoli, alors que le Maestro Gabriele Ferro officiait dans la fosse… Cette captation réalisée par Davide Mancini fait l'objet d'une édition Blu-ray et DVD chez l'éditeur C Major.

La chorégraphie d'Annarita Pasculli pour <i>Les Pêcheurs de perles</i> s'inspire du Kathakali indien. © Francesco Squeglia

 

Les Pêcheurs de perles n'est pas l'opéra de Bizet le plus représenté au catalogue, aussi une nouvelle version est toujours accueillie à bras ouverts, surtout lorsque la mise en scène respecte le cadre d'un Orient imaginaire qui servira à l’évolution du triangle amoureux. Pourtant, on regrettera que la version présentée ici soit celle publiée par Choudens, et non celle reconstruite grâce à de récents travaux musicologiques qui ont permis de revenir aux sources de Bizet. En effet, suite à l'éclatant succès posthume de Carmen, l'éditeur du compositeur décida de réviser la partition des Pêcheurs de perles avant de relancer l'œuvre qui n'avait pas remporté un grand succès du vivant de son auteur. Pour ce faire, il réintégra plusieurs éléments composés par Bizet mais commanda également au compositeur Benjamin Godard un nouveau trio afin d'étoffer le dernier Acte. De même, Choudens proposa plusieurs fins alternatives laissées au choix des théâtres. Bizet n'était certes pas entièrement satisfait de la conclusion dramatique de son opéra mais, mais de là à préférer aujourd'hui une version si peu authentique…

 

Dmitry Korchak (Nadir) et Dario Solari (Zurga) dans <i>Les Pêcheurs de perles</i> mis en scène par Fabio Sparvoli.

 

La première impression qui suit le visionnage de ces Pêcheurs de perles enregistrés au Teatro San Carlo de Naples en 2012 laisse à penser que le traitement des personnages par le metteur en scène Fabio Sparvoli n’est pas des plus fouillés. Pour preuve, solos, duos et trios ne sont pas nécessairement très animés sur le plan visuel, et on s’ennuie même parfois tant la théâtralité se voit entièrement déléguée à la musique. Pourtant, étrangement, l’on ne souffre finalement pas tant de cette mise en scène davantage tournée vers la chorégraphie que vers la direction d’acteurs car elle éblouit par sa vivacité scénographique qui sonne comme un retour aux sources Sri Lankaises de l’opéra de Bizet. Des danseurs vêtus de bleu profond et de rouge saturé se croisent ici au gré d’une gestique directement inspirée du Kathakali de l’Inde du Sud, même si la filiation demeure très allégée. Au final, ce spectacle s’imprime en nous comme une vibrante invitation au voyage et à la rencontre fusionnelle entre l’Orient et l’Occident telle que Bizet l’a rêvée.

 

<i>Les Pêcheurs de perles</i> mis en scène par Fabio Sparvoli à Naples en octobre 2012. © Francesco Squeglia

 

Gabriele Ferro dirige <i>Les Pêcheurs de perles</i> à Naples en  2012.L’Orchestre du Teatro Regio de Naples n’est pas forcément le plus attendu sur le répertoire français tant les maisons ultramontaines sont réputées pour être plutôt casanières. Force est de constater que les Anglais bénéficient d'une meilleure réputation quant à notre répertoire national. Ceci étant, le chef Gabriele Ferro fait montre d’un véritable amour pour la partition de Bizet, avec une attention méticuleuse aux détails de l'orchestration. Cela lui permet d’endiguer toute velléité de débordement lyrique et de privilégier une délicatesse et une poésie certes souvent animées, mais toujours efficaces et éminemment respectueuses du texte et de son esprit.

Sur le papier, a priori la distribution de cette production ne semble pas idoine pour ce répertoire. Certes, le ténor Dmitry Korchak a toujours témoigné de son désir d’aborder le chant français, mais sa carrière l’a plutôt conduit vers le répertoire italien. Idem pour le baryton uruguayen Dario Solari. Reste la soprano Patrizia Ciofi, qui avait déjà chanté Les Pêcheurs de Perles en 2011 à Berlin, et qui réalise régulièrement des incartades dans le répertoire français. De fait, les deux hommes ne sont clairement pas à l’aise dans cet univers musical. On les sent empotés, maladroit. Ils paraissent avoir tant de mal à doser leur engagement qu’ils en deviennent davantage des valets de Patrizia Ciofi que des partenaires. Non pas que leur chant - ne parlons pas de la diction ! - soit imparfait. Il s’agit plus ici de présence et d’affinité avec l’univers narratif et musical imaginé par Bizet, et nous sommes loin du compte.

 

Patrizia Ciofi (Léïla) dans <i>Les Pêcheurs de perles</i> mis en scène par Fabio Sparvoli à Naples.


C’est précisément tout le talent de la soprano italienne de compenser par sa seule présence, physique et vocale, toutes les difficultés de ses partenaires, y compris le chœur, très approximatif. Patrizia Ciofi éblouit par son engagement et, avec elle, le personnage de Léïla est véritablement incarné grâce à une technique sûre, sans doute plus convaincante qu’envoûtante. Mais c’est certainement ce qui était nécessaire pour assurer le tour de force de lier ce plateau souvent bancal et pour se positionner clairement comme le centre d’attraction de toute l'histoire. Sa Léïla est une femme forte et captivante à défaut d’être vraiment séduisante.

 

Scène des <i>Les Pêcheurs de perles</i> de Bizet au Teatro di San Carlo de Naples. © Francesco Squeglia

 

Cette production des Pêcheurs de perles en dents de scie aura pourtant le mérite de mieux faire connaître un opéra de Bizet qui peine à dépasser le cercle des connaisseurs. Il est même permis de voir là un pas sympathique vers un autre public, en rien démagogique et même très authentique. La prise de risques est à saluer, comme l'indéniable essai créatif. Et puis, il y a si peu de versions de cet opéra au catalogue vidéo…



Lire le test du Blu-ray Les Pêcheurs de perles avec Patrizia Ciofi



Retrouvez la biographie de Georges Bizet sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Jean-Claude Lanot

Suppléments du DVD

- Cinq bandes-annonces. (Stéréo DD)

 

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

La richesse visuelle de la production et ses couleurs saturées sont fidèlement portées à l'écran. L’origine HD du master permet l’affichage des détails sur les gros plans. Mais la précision s’amenuise jusqu’aux plans larges où le manque de précision est flagrant, contrairement au Blu-ray de ce programme. Dans les scènes fortement éclairées, les contrastes s’expriment au mieux. En revanche, dans les nombreuses scènes sombres, le rendu devient plus problématique. L'ensemble, toutefois, se laisse regarder.

Son

La piste stéréo, brillante, véhicule une belle énergie. Les timbres sont naturels et les graves assez présents donnent du corps à la restitution. Toutefois, l’orchestre paraît quelque peu à l’étroit, ce qui bride la perception de la richesse orchestrale, tandis que les voix solistes prennent un peu trop le dessus.
Le mixage 5.1 favorise l’orchestre en lui apportant la respiration nécessaire. Les timbres sont libérés et l’expression devient plus contrastée. Le caisson de graves nourrit l’ensemble avec des basses rondes parfaitement distribuées. Les voix, en revanche, sont un peu trop mises en avant dans les forte, ce qui rend ces passages peu naturels. Les enceintes arrière apportent une discrète aération à la restitution mais elles auraient pu dégager davantage de puissance sans pour autant verser dans l’artifice.

Note technique : 7/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Dmitry Korchak
Fabio Sparvoli
Gabriele Ferro
Georges Bizet
Les Pêcheurs de perles
Patrizia Ciofi
Teatro di San Carlo

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation
La Finta Giardiniera à l'Opéra de Lille - Tutti Ovation
Requiem Verdi Gustavo Dudamel Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.