DVD Jaquette de : La Passion selon Saint Matthieu (Ivan Fischer, 2012)

Distribution

Interprètes
  • Mark Padmore
    Tenor - Evangelist
  • Peter Harvey
    Bass - Christ
  • Maria Espada
    Soprano
  • Ingeborg Danz
    Mezzo-soprano/Alto
  • Renate Arends
    Soprano
  • Barbara Kozelj
    Mezzo-soprano/Alto
  • Peter Gijsbertsen
    Tenor
  • Henk Neven Bass
    Bass
  • Netherlands Radio Choir
  • National Children's Choir
Orchestre
Royal Concertgebouw Orchestra
Chef d'orchestre
Ivan Fischer
Réalisation
Dick Kuijs
Origine
Het Concertgebouw Amsterdam
Année
2012

Informations techniques

Durée
173'
Nombre de disques
2
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Arthaus Musik
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
26/03/2013

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.0 DD
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Japonais

La Passion selon Saint Matthieu (Ivan Fischer, 2012) DVD

Johann Sebastian Bach Matthäus-Passion

Note générale : 9/10

Johann Sebastian Bach

Concert


Plus connu pour ses interprétations du répertoire romantique, le chef d'orchestre hongrois Ivan Fischer s’attaque à La Passion selon Saint Mathieu en faisant fi des écoles. Une version pour grand chœur et orchestre symphonique marquée par une vraie sensibilité et immortalisée par Arthaus Musik. Cette captation de 2012 réalisée au Concertgebouw est disponible en Blu-ray et DVD.

Ivan Fischer dirige le Royal Concertgebouw dans <i>La Passion selon Saint Matthieu</i> en mars 2012.

 

En 1983, Nikolaus Harnoncourt, surnommé "le Pape du baroque" commettait alors l’impensable en enregistrant La Passion selon Saint Mathieu avec le Concertgebouw d’Amsterdam ! Comment imaginer que l’apôtre de l’interprétation dite "authentique" allait se renier ainsi ? Et cela pour quelle raison : aider des amis, des amis qui plus est, aussi musiciens…
"De la musique avant toute chose", voilà bien de quoi il s’agit également dans le présent programme porté par le même orchestre en 2012. Aucune école de pensée, ou plutôt plusieurs, réunies en prenant le meilleur de chacune, sublimées et largement dépassées par la vision profondément humaniste d’un chef libre et inspiré, Ivan Fischer.
Mais il fallait bien remplir le Concertgebouw, et le chef a préféré oublier les effectifs moyens à la Schering ou encore les minimalistes à la Rifkin. Balayées aussi les divas wagnériennes car il faut que le texte soit compris et dramatisé. De telle sorte qu'Ivan Fischer, ancien assistant de Nikolaus Harnoncourt, s'est montré encore plus royaliste que le Roi.

 

La basse Peter Harvey.

Mark Padmore chante l'Évangéliste.














De fait, si l’on voulait faire rentrer cette version dans une case, on n’y arriverait point. Mais c’est justement là tout son attrait car, en dépit d’un joyeux n’importe quoi philologique, on ne peut s’empêcher d’être convaincu par l’approche d’Ivan Fischer. Mieux, ému. Car le chef va à l’essentiel de la spiritualité de cette musique sublime. Il sait en capter à la fois toute l’intensité et tout le rayonnement. Une force tranquille émane de sa personne quand il dirige et atteint tout l’ensemble. Aucun effet de manche, aucune facilité, mais un respect absolu du texte et des interprètes habités par une vision. Si la lettre est malmenée, l’esprit est ici plus vif que dans nombre de versions à l’imprimatur musicologique.

 

Ivan Fischer entouré par le National Children's Choir pour <i>La Passion selon Saint Matthieu</i> au Concertgebouw en 2012.

 

Pourtant, nulle synthèse dans cette version, tel n’est pas le but. Allons même plus loin : on n’en a rien à faire. Encore une fois, la musique de Bach est la seule préoccupation du chef dans une démarche d’une profonde humilité illustrée, par exemple, lorsqu'il se laisse entourer par le National Children’s Choir chantant le choral "O Lamm, Gottes unschuldig". Il disparaît alors pour laisser plus de place à l’innocence de l’enfance qui s’exprime, innocence sacrifiée comme l’Agneau. Bouleversant.

 

Le Netherlands Radio Choir dans <i>La Passion selon Saint Matthieu</i> en 2012.

 

Dès les premiers accords, comme nés de sa méditation, le chef entre de plain-pied dans la partition et lui donne corps, lui donne matière, et cette matière emplit la salle du Concertgebouw d'Amsterdam et touche au cœur. Les tempi sont alertes, mais jamais superficiels. Il est ici question de respect, mais également de profondeur. Et quand l’excellent Évangéliste de Mark Padmore s’exprime, l’émotion du drame biblique résonne à travers lui. Quand le Christ de Peter Harvey prend la parole, le temps s’arrête.

Le chef d'orchestre Ivan Fischer à l'issue de <i>La Passion selon Saint Matthieu</i> en 2012 au Concertgebouw d'Amsterdam.Cette ligne dramatique, bien sûr, a une exigence : l’unité de tous les interprètes, car le moindre décalage devient criant. Et c’est malheureusement le cas avec les solistes masculins du Chœur II, dont les quelques dérapages techniques ou les excès théâtraux font tache dans ce tableau pourtant bien réglé. Pour autant, jamais les solistes instrumentaux ne sourcillent. Au contraire, ils apportent une unité, une matière riche, souple et vibrante à cette version profondément émouvante, bien au-delà des canons actuels. Cette approche de La Passion selon Saint Matthieu, inclassable, mérite incontestablement qu'on s'y attarde…





À noter : La première partie est proposée sur le DVD 1 (70’25) ; la seconde, sur le disque 2 (102’19).

Lire le test du Blu-ray La Passion selon Saint Matthieu dirigée par Ivan Fischer


Retrouvez la biographie de Johann Sebastian Bach sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Jean-Claude Lanot

Suppléments du DVD

Sur le DVD 2 : 3 bandes-annonces.  (Stéréo DD)

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Ce master Haute Définition déçoit beaucoup par son côté sombre. La définition, très bonne au demeurant sur les plans rapprochés, ne parvient pas à rectifier le tir et de nombreuses images sont trop enterrées. Les couleurs sont assez naturelles mais, dans l’ensemble, le rendu s'avère peu contrasté et, au final, décevant par ce côté vraiment trop sombre et plat.

Son

Le mixage propose un superbe équilibre des forces importantes en présence. Les interventions sont toujours limpides et les chœurs, comme l’orchestre, diffusent des sonorités claires et douces à même de servir l’aspect sacré de l’œuvre. La dynamique est très honnête et l’ensemble s’écoute avec un plaisir certain.
La piste 5.0, en comparaison, apporte un relief tout autre. L’encodage Dolby Digital, très démonstratif, apporte une projection spectaculaire aux voix solistes. Le mixage fait l’impasse sur le caisson de graves mais, en l’état, les basses sont assez présentes, même si moins rondes et charnues que diffusées par une enceinte spécialisée. La scène avant est à la fois large et profonde, et un détail performant qualifie la restitution de l’ensemble. Enfin, à l’arrière, les haut-parleurs surround favorisent l’aération de la diffusion et favorisent une écoute à la fois aérienne et naturelle.

Note technique : 7/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Ingeborg Danz
Ivan Fischer
Johann Sebastian Bach
La Passion selon Saint Matthieu
Maria Espada
Mark Padmore
Peter Harvey
Royal Concertgebouw Orchestra

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.