Blu-ray Jaquette de : Armide (Stéphanie d'Oustrac)

Distribution

Interprètes
  • Stéphanie D'Oustrac
    Armide
  • Paul Agnew
    Renaud
  • Laurent Naouri
    La Haine
  • Claire Debono
    La Gloire/Phénice/Lucinde
  • Isabelle Druet
    La Sagesse/Sidonie/Mélisse
  • Nathan Berg
    Hidraot
  • Marc Mauillon
    Ubalde/Aronte
  • Marc Callahan
    Artémidore
  • Andrew Tortise
    Le Chevalier danois
  • Anders J. Dahlin
    Un amant fortuné
  • Francesca Boncompagni
    La bergère
  • Violaine Lucas
    La bergère héroïque
  • Virginie Thomas
    La nymphe
  • Chœur des Arts Florissants
Mise en scène
Robert Carsen
Chorégraphie
Jean-Claude Gallotta
Orchestre
Les Arts Florissants
Chef d'orchestre
William Christie
Réalisation
François Roussillon
Origine
Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Année
2008

Informations techniques

Durée
168'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
FRA Musica
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
12/05/2011

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Italien

Armide (Stéphanie d'Oustrac) Blu-ray

Tutti ovation

Note générale : 9/10

Jean-Baptiste Lully

Opéra


Armide, l'"opéra des dames" chef-d’œuvre ultime de Lully et Quinault créé en 1686 à l’Académie Royale de Musique, se voyait revisité par le metteur en scène Robert Carsen en octobre 2008 au Théâtre des Champs-Élysées à travers une lecture onirique et moderne qui sonne comme un hommage à Versailles et à son créateur. Cette production est désormais disponible en Blu-ray et en DVD.

 

Claire Debono (La Gloire/Phénice/Lucinde), Stéphanie d'Oustrac (Armide) et Isabelle Druet (La Sagesse/Sidonie/Mélisse) sur la scène du Théâtre des Champs-Élysées.  Photo © Éric Mahoudeau

 

Force est de constater que la production de cet Armide, dernière tragédie en musique de Lully, a fait couler beaucoup d’encre, suscitant même la réprobation d’une partie du public lors de la première devant cette adaptation moderne signée par l’iconoclaste Robert Carsen.


Du point de vue musical, les compliments s'imposent.
Les Arts Florissants sont toujours au sommet de leur art, prodiguant à la fois un continuo des plus éloquents et des orchestrations délicieusement fruitées, pouvant aller jusqu’aux limites physiques des instruments dans les instants les plus tendus de la rage d’Armide. William Christie se fait toujours gentleman, avec une direction à la fois énergique et follement élégante, en tout cas toujours expressive, mais sans jamais sombrer dans la surenchère pourtant aisée dans ce répertoire.

Paul Agnew (Renaud).  Photo © Éric MahoudeauLes chanteurs réunis ici sont de premier ordre, à commencer par les rôles masculins.
Paul Agnew, au côté de Christie, a déjà signé bon nombre de références et le ténor livre une fois de plus une interprétation impeccable de bout en bout, avec ce timbre inimitable, fluide, clair et sensuel à la fois, au souffle toujours idéalement dosé et à l’engagement un rien distancié, même si totalement impliqué.
Claire Debono et Isabelle Druet, distribuées dans des rôles protéiformes, nous ravissent du plaisir qu’elles prennent à changer de personnage et de personnalité avec une grâce et un humour infinis.
Mention spéciale également pour la Haine incarnée par Laurent Naouri, au timbre si caractéristique, anguleux, ferme et souple à la fois, même si le déshabillé de soie ne lui va pas vraiment !
Quant au rôle-titre tenu d’une main tonique par Stéphanie d’Oustrac, littéralement électrisée, il n’inspire que l’admiration. Certes, le timbre manque parfois de précision dans les aigus, mais Armide lui va si bien, notamment dans la scène finale, d’une puissance impressionnante.

Non, ce n’est donc pas du côté de la musique que le bât a blessé lors des représentations au Théâtre des Champs-Élysées, mais bien de la mise en scène.
Pour faire pénétrer le spectateur dans l’univers de ce conte hautement référentiel, Robert Carsen a imaginé que le Château de Versailles pourrait être la clef. Le Prologue, à la gloire du Roi Soleil, s’accompagne ainsi d’une visite de sa demeure - galerie des glaces et chambre du Roi - en projection synchronisée sur un écran géant…
Le ressort a alors paru facile, tout comme l’idée d’un visiteur qui s’endort sur le lit du roi (impensable !) pour devenir, dans ses rêves, le Renaud de Lully et faire en sorte de plonger le public dans l’histoire qui prend alors vie… sur scène.

Cependant, ce qui n’a pas fonctionné pour le public d’alors prouve son efficacité, et de façon merveilleuse, au visionnage du présent programme, comme si Robert Carsen avait conçu sa mise en scène davantage pour l'exploitation vidéo que pour le direct. Car la captation de François Roussillon transforme cette vidéoconférence un peu lourde du Prologue en un véritable "montage" de cinéma, ce qui le rend non seulement très vivant, mais surtout totalement pertinent. Un tour de passe-passe pleinement efficace qui fait de la scène, utilisée pour le corps de l’opéra, un véritable lieu de rêve, avec sa lumière, ses décors, ses ambiances, en opposition avec Versailles (musée) figurant le réel… En dépit du ballet (eh oui, les touristes se mettent à danser dans la Galerie des Glaces !), ce contraste entre le "réalisme" de la visite de Versailles filmée comme un reportage, et l’ambiance de la scène mise en lumières par Robert Carsen se montre saisissant et particulièrement parlant. Le présent film ne peut plus être tenu pour un simple témoignage, mais bien pour un élément du discours du metteur en scène au fait des outils de son temps. L’opéra qui en découle sur scène devient alors totalement crédible, tandis que les références glissées ici et là à la culture contemporaine - pubs Dior, American Beauty, etc. - mettent bien en parallèle le côté surfait, superficiel et biaisé des amours de Renaud et Armide et celui de la pompe versaillaise, même si le raccourci est un peu rapide.
Le musicologue Philippe Beaussant a ainsi bien montré dans ses écrits tels Versailles, Opéra, que le rapport à l’image à l’époque baroque était plus complexe, voire à l’inverse de notre conception actuelle.
Enfin, sans chercher la petite bête, cela fonctionne au final pas si mal et les spécialistes y trouveront simplement matière à approfondissement.

 

Stéphanie d'Oustrac (Armide) et Paul Agnew (Renaud).  Photo © Éric Mahoudeau

 

D’aucuns ont pensé que cet Armide allait être l’Atys du XXIe siècle. C’est là sans doute leur erreur et la raison de leur déception. Cette production d’Armide est bien une production de notre siècle, certes pas la plus inspirée ou la plus magique, mais cohérente, en phase avec son temps, assumée et convaincante. C’est bien là l’essentiel.




Lire le test du DVD

 

 

Retrouvez la biographie de Lully sur le site de notre partenaire Symphozik.info.

Jean-Claude Lanot

Suppléments du Blu-ray

En HD et en français stéréo PCM, avec sous-titres, anglais, allemands, espagnols et italiens :


Armide à Versailles, réalisé par François Roussillon, propose d'intéressants entretiens avec Jean-Jacques Aillagon, président de Versailles, Robert Carsen, William Christie et Benoît Dratwicki, directeur artistique du Centre de Musique Baroque de Versailles. Ce module bien construit se montre aussi informatif sur le plan des origines et de la composition de l’œuvre que sur son adaptation scénique. Beaucoup de détails et d’anecdotes sont ainsi livrés, tandis que chaque aspect de l’œuvre est à la fois savamment et agréablement analysé. (31')

 

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

À l'exception de la salle du Théâtre des Champs Élysées au début de l'opéra et en raison d'un éclairage difficile, la définition se montre globalement exemplaire, en particulier pour les scènes se déroulant dans la Galerie des glaces et la Chambre du Roi, et le master vidéo diffuse nombre de détails, de couleurs et de matières avec le même succès. Les ambiances colorées se succèdent, opposant la froideur des matières aux émotions fortes des personnages. Les contrastes sont le plus souvent appuyés et les contours d'une finesse remarquable. Malgré quelques menues saccades de conversion vidéo, de la belle ouvrage, en vérité.

Son

La piste stéréo fait preuve d'une personnalité et d’une énergie remarquables. les voix sont parfaitement rendues sans écraser l'orchestre, la dynamique se montre probante et les basses assez présentes.
Si le mixage 5.1 se révèle essentiellement frontal, lui aussi, il permet aux voix de se projeter bien mieux. L'adressage des graves au caisson de basses rend également le bas du spectre plus riche. On regrettera toutefois la sous-utilisation des enceintes arrière.
L’équilibre du continuo se montre très naturel sur les deux mixages.

Note technique : 8/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

François Roussillon

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.