Blu-ray Jaquette de : Aida (Arènes de Vérone - 2012)

Distribution

Interprètes
  • Hui He
    Aida
  • Marco Berti
    Radamès
  • Andrea Ulbrich
    Amneris
  • Ambrogio Maestri
    Amonasro
  • Francesco Ellero d'Artegna
    Ramfis
  • Roberto Tagliavini
    The King
  • Antonello Ceron
    A Messenger
  • Antonella Trevisan
    High Priestess
  • Myrna Kamara
    First guest Dancer
  • Coro dell'Arena di Verona
  • Corpo di Ballo dell'Arena di Verona
Mise en scène
Gianfranco De Bosio
Chorégraphie
Susanna Egri
Orchestre
Orchestra dell'Arena di Verona
Chef d'orchestre
Daniel Oren
Réalisation
Tiziano Mancini
Origine
Arena di Verona
Année
2012

Informations techniques

Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
Opus Arte
Distributeur
DistrArt Musique
Date de sortie
04/11/2013

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Français
•  Italien
•  Japonais

Aida (Arènes de Vérone - 2012) Blu-ray

Blu-ray 3D et 2D

Note générale : 6/10

Giuseppe Verdi

Opéra


Les Arènes de Vérone, gigantesque plateau pouvant accueillir un nombre de figurants sans égal, semble un des meilleurs écrins pour une production d'Aida. Mais cela suffit-il pour en faire un moment d'exception ? Cette œuvre qui appelle par moments le gigantisme est servie ici par les chœurs, le corps de ballet et l'orchestre maison sous la direction de Daniel Oren. La soprano chinoise Hui He tient le rôle-titre, tandis que Marco Berti, Andrea Ulbrich et Ambrogio Maestri assurent les rôles principaux à ses côtés. Cette captation réalisée le 23 juin 2012 est disponible en Blu-ray 3D/2D est en DVD chez Opus Arte.

 

Ce Blu-ray propose une version 3D et une version 2D, c'est-à-dire plane. Cette double possibilité permet une compatibilité avec tout matériel de reproduction, qu'il soit 3D relief ou pas. Le visionnage 3D est critiqué dans la rubrique "Critique images", à la fin de cet article.

 

Production d'<i>Aida</i> de Gianfranco De Bosio aux Arènes de Vérone en 2012.

 

Hui He interprète le rôle-titre d'<i>Aida</i>.Nous avions souligné à propos de la production d'Aida mise en scène par Ferzan Ozpetek à Florence, la presque improbabilité de monter un tel opéra sans respecter l'époque et les lieux de l'action. Ainsi l'ont voulu le compositeur et les commanditaires. Quand l'espace qui se trouve à la disposition du metteur en scène et du chorégraphe fait plusieurs centaines de mètres carrés, l'évidence de l'opulence ne pose ainsi guère de dilemme. Quand le présupposé de base est de reprendre la mise en scène de l'opéra datant de 1913, nous n'avons donc plus aucun doute de ce que nous allons voir. Ainsi, Gianfranco De Bosio reconstitue (presque) à l'échelle l'architecture égyptienne antique avec toute sa démesure et ses symboles. Les goûts de cette époque, juste avant la Première Guerre mondiale, visaient à la démesure, à une surcharge décorative bien loin de notre approche esthétique et artistique actuelle. On est donc en droit de se demander comment recevoir, avec nos yeux contemporains, le spectacle qui nous est offert à Vérone en ce 23 juin 2012.

 

 

Andrea Ulbrich interprète Amneris dans <i>Aida</i> à Vérone en 2012.

 

Andrea Ulbrich (Amneris) et Barco Berti (Radamès).Prisonnière du lieu, la captation vidéo réalisée par Tiziano Mancini propose de nombreux plans très larges destinés à embrasser toute l'étendue de la scène. Des caméras mouvantes assurent de grands panoramiques et des travellings étirés. Le Ballet prend toute son ampleur et fait virevolter danseurs et couleurs, et la Marche triomphale étale son luxe. À bien des moments, on pense aux péplums hollywoodiens, et à dire vrai, Cléopâtre n'est pas loin ! Dans les Arènes, les spectateurs des derniers rangs n'y verront que couleurs et mouvements, et ceux des premiers chercheront à identifier et à suivre les solistes. Quant au mélomane installé dans son fauteuil, il n'aura qu'une vue morcelée du spectacle - en 3D avec l'édition Blu-ray compatible 2D. Mais pouvait-on faire autrement ?

 

Ambrogio Maestri interprète Amonasro dans <i>Aida</i> aux Arènes de Vérone en 2012.

 

Ambrogio Maestri (Amonasro) et Hui He (Aida) dans <i>Aida</i> à Vérone.Du côté des chanteurs, la prestation vocale n'est malheureusement pas toujours exceptionnelle…

Amonasro, le père d'Aida, possède une carrure et une présence remarquables. Ambrogio Maestri, par ailleurs Falstaff internationalement reconnu sur toutes les grandes scènes du monde, s'impose sans problème dans le rôle d'Amonasro, et le duo avec sa fille Aida à l'Acte III est le meilleur moment de l'opéra.

Francesco Ellero d'Artegna propose en revanche un grand prêtre Ramfis uniforme et sans réelle présence, et le Radamès de Marco Berti a du mal à imposer une voix de ténor pas assez ample, assez métallique et tendue, peu nuancée.

Du côté féminin, l'Amnéris d'Andrea Ulbrich est décidément peu amène, et l'on comprend pourquoi Radamès choisit la Princesse éthiopienne ! Sans grande imagination dans les attitudes – mais elle n'est pas la seule – elle joue avec platitude, et la voix se montre par moments désagréablement soutenue par un vibrato.

Seule l'Aida de Hui He porte aux sommets l'art du chant grâce à une très bonne tenue des sons, par moments superbement filés, qui lui permettent de nous faire entendre de très bons pianissimi dans les aigus. Son Aida est vécue, bien jouée et elle sauve à elle seule toute la production. Mais cette belle interprétation ne peut suffire à hisser cette Aida de Vérone au statut d'exceptionnelle réussite.

 

Daniel Oren dirige <i>Aida</i> aux Arènes de Vérone le 23 juin 2012.

 

De son côté, Daniel Oren assure une direction d'orchestre en accord avec l'envergure des lieux, brillante et globalement efficace, mais peu intimiste. Ceci étant, comment de tels détails seraient-ils perçus dans cette immensité scénique sans toit ? On ne retiendra donc que le kitsch grandiloquent de l’œuvre au détriment de ses aspects plus subtils, pourtant bien réels…

 

Il sera intéressant de comparer la présente version d'Aida avec celle enregistrée l'année précédente à Florence et sortie chez Arthaus Musik. Nous y retrouverons Hui He, Marco Berti et Ambrogio Maestri, mais dans des conditions théâtrales bien différentes…

 

Lire le test du DVD Aida aux Arènes de Vérone

 

Retrouvez la biographie de Giuseppe Verdi sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du Blu-ray

En HD : Photos de la distribution.

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

Version 2D : Cette captation HD nécessite réellement le support Blu-ray pour donner pleinement sa mesure. Le manque cruel de détail dans les plans généraux sur le DVD de ce programme ne se fait pas sentir ici, et une richesse de définition investit aussi bien les vues générales de l'immense plateau des Arènes de Vérone qu'elle affiche crânement les matières des costumes de scène et l'éclat des parures. La luminosité est superbe et le niveau de contraste apporte un excellent relief à l'ensemble du programme.


Version 3D : Le relief qu'apporte la 3D, excellente idée de la production, sied particulièrement aux décors. Colonnes et obélisques ressortent par rapport au fond des Arènes, ponctuellement animé dans la scénographie. Malheureusement, le tournage mélange prises de vues en vraie 3D, et gros plans filmés en 2D puis grossièrement convertis en pseudo 3D. Ce procédé aboutit à un effet cuvette qui écrase chanteurs et décors au fond de l’écran, quand la vraie 3D, elle, sépare, isole et valorise nettement les deux. Or ce grand écart fréquent devient rude pour les yeux. Ajoutons que les sous-titres ne sont pas spatialisés et, de fait, coupent régulièrement des éléments de décors en jaillissement au bas de l'image, ce qui rend leur consultation pas toujours très agréable. Une certaine motivation est donc de mise pour aller au bout du visionnage 3D, même si certains tableaux sont plutôt réussis, tant qu’on reste en plans larges ou moyens…

Son

La piste stéréo encodée en PCM, gagne une flagrante musicalité par rapport à l'encodage Dolby Digital du DVD, et perd le côté criard que nous lui avons reproché. La balance entre l'orchestre et le gigantesque plateau est excellente. Les voix solistes passent parfaitement au-devant d'un orchestre particulièrement présent. Les masses chorales, en revanche, sont assez brouillonnes. Mais l'ensemble fait preuve de dynamique et l'écoute est globalement agréable.
Le mixage 5.1 encodé dans un excellent DTS HD Master Audio, accentue la projection des voix tout en décuplant la puissance de l'orchestre. Celui-ci s'étoffe latéralement, mais aussi en profondeur, dévoilant certains pupitres au gré de la partition. Les basses distribuées par le caisson de graves sont rondes et plus présentes, tandis que les enceintes surround jouent un discret rôle dans l'apport d'une aération somme toute peu déterminante.

Note technique : 8/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Aida
Ambrogio Maestri
Andrea Ulbrich
Arènes de Vérone
Daniel Oren
Gianfranco de Bosio
Giuseppe Verdi
Hui He
Marco Berti

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.